Une élève de 10 ans succombe aux blessures causées, selon ses parents, par son enseignante

Publication: Mis à jour:
VIOLENCE CHILD
Hiba, souriante à la caméra. | Shutterstock / ChameleonsEye
Imprimer

VIOLENCE- Hiba, une fillette de 10 ans, est décédée ce dimanche des suites de son infection à l'oeil causée, selon ses parents, par son enseignante dans une école à Meknès.

Partagées par sa mère sur son compte Facebook, la photo et la vidéo du corps inerte de Hiba ont rapidement fait le tour des réseaux sociaux et c'est avec le hashtag #KollounaHiba (Nous sommes Hiba) que les internautes ont choisi d'exprimer leur colère et de montrer leur soutien à la petite fille et à sa famille.

Les faits remontent au 17 janvier, rapporte la famille de la défunte. Hiba revient de l'école en larmes, se plaignant de son enseignante qui l'aurait frappée devant ses camarades de classe, selon la déclaration du mari de la mère de Hiba. "Deux jours après, les signes de violence sont apparues sur le visage de Hiba : son oeil s'est gonflé et elle ne pouvait plus très bien voir", déclare-t-il à 2M.ma.

Emmenée à l'hôpital Mohammed V de Meknès, la petite Hiba a vu son état s'améliorer pour quelques jours, mais les douleurs sont vite revenues, "surtout du côté où elle avait été frappée", précise la même source. Une seconde visite à l'hôpital, où on lui a prescrit plusieurs médicaments, a révélé qu'une radiographie était nécessaire, rapporte le mari de la mère de Hiba. Celui-ci insiste par ailleurs sur le fait que Hiba ne souffrait d'aucune maladie ou d'infection oculaire à l'exception de sa déficience visuelle pour laquelle elle consultait régulièrement un médecin, soulignant que son infection n'est apparue qu'après avoir été frappée par son enseignante.

En attendant les résultats de l'enquête

"On ne peut pas blâmer l'enseignante tant que l'autopsie n'a pas été faite", déclare au HuffPost Maroc, Fatima Ouahmi, directrice chargée de la communication et du partenariat au ministère de l'Éducation nationale. "Si les accusations s'avèrent cependant exactes, des mesures seront prises selon la gravité de la situation", précise-t-elle.

De son côté, la déléguée régionale du ministère de l'Éducation nationale et la de formation professionnelle à Meknès, qui a visité la famille de la défunte, a déclaré à 2m.ma que le décès de Hiba n'a aucune relation avec la violence physique dont elle a été victime par son enseignante. Le médecin chargé de l'autopsie lui aurait affirmé que sa mort est due à une infection au niveau de l'oeil dont l'enfant souffrait déjà et que le coup porté par l'enseignante ne peut pas en être la cause.

Une enquête a été officiellement ouverte le jour même où Hiba a rendu l'âme alors qu'elle était transportée par les urgences à l'hôpital Mohammed V de Meknès.

LIRE AUSSI: