Au Maroc, plus de la moitié des personnes actives n'ont pas de diplôme

Publication: Mis à jour:
EMPLOI MAROC
Au Maroc, plus de la moitié des personnes actives n'ont pas de diplôme | Reuters
Imprimer

EMPLOI - Au Maroc, plus de la moitié des personnes actives, âgées de 15 ans et plus, n'ont pas de diplôme. C'est ce qu'a fait savoir le Haut Commissariat au Plan (HCP) dans une note d'information sur la qualité de l'emploi au Maroc, rendue publique samedi.

Sur un effectif de 10.642.000 actifs occupés âgés de 15 ans et plus, 6.426.000 n’ont aucun diplôme (60,4%), 2.900.000 ont un diplôme de niveau moyen (27,2%) et 1.316.000 disposent d'un diplôme de niveau supérieur (12,4%).

"Parmi les actifs occupés n’ayant aucun diplôme, 3.337.000 travaillent dans le secteur de l'agriculture, forêt et pêche (soit 82,5% de l’emploi total de ce secteur), 676.000 dans le BTP (64,9%), 603.000 dans l'industrie (50,3%) et 1.802.000 dans les services (41,5%)", détaille le HCP dans sa note.

Aussi, 98,2% des salariés n’ont bénéficié d’aucune formation prise en charge par leurs employeurs au cours des 12 derniers mois (97,7% en milieu urbain).

20% font du "bénévolat"

Parmi 10.642.000 personnes actives occupées, 2.178.000 (20,5%) exercent un emploi non rémunéré, dont 1.987.000 (91,2%) en milieu rural, alors que 958.000 (9%) ont un travail à titre d’occasionnel ou de saisonnier.

Aussi, selon le HCP, près de 5% des actifs occupés travaillent le jour et la nuit, 3% alternent le jour et la nuit et 1% travaillent uniquement la nuit .

Quatre actifs occupés sur dix (4.325.000 personnes) travaillent plus de 48 heures par semaine au niveau national, 47% parmi les citadins (2.549.000 personnes) et 34,1% parmi les ruraux (1.776.000 personnes).

L'emploi "peu organisé"

Autre enseignement de la note du HCP: au Maroc, le monde du travail est "peu organisé et faiblement protégé". Près des deux-tiers des salariés, soit 3.093.000 personnes, ne disposent pas de contrat qui formalise leur relation avec leurs employeurs, dont 716.000 dans le secteur du BTP.

Dans sa note d'information, le HCP explique qu'"en raison de légères divergences relevées entre les statistiques de routine produites par les organismes (CNSS, CIMR, CMR, etc.) et celles collectées dans le cadre de l’enquête nationale sur l’emploi, les informations relatives à la couverture sociale des travailleurs n'ont pas été publiées".

La grande majorité des actifs occupés (96,6%) ne sont pas affiliés à une organisation syndicale ou professionnelle. Parmi les salariés, cette proportion atteint 94% au niveau national (4.672.000 personnes), 92,4% en milieu urbain (3.295.000 personnes) et 98,3% en milieu rural (1.377.000 personnes).

Dans le même chapitre, 8.344.000 actifs occupés (78,4%) ne bénéficient pas d’une couverture médicale au niveau national, 3.507.000 dans les villes (64,6%) et 4.838.000 dans la campagne (92,8%). Cette proportion s’établit parmi les salariés à 58,8% au niveau national (2.922.000 personnes), à 50,3% en milieu urbain (1.794.000 personnes), et à 80,5% en milieu rural (1.128.000 personnes).

La note indique également que près d'un actif occupé sur cinq, soir 2.278.000 personnes, n'est pas satisfait de son emploi et exprime le désir d’en changer. Parmi eux, 35,1% travaillent dans le secteur des BTP, soit 366.000 personnes.

Les raisons de cette insatisfaction? Pour 71%, c'est le niveau de rémunération, 9,4% aimeraient des conditions de travail plus favorables, 9,1% évoquent l’instabilité de l’emploi, et 5,1% l’inadéquation de l’emploi à la formation qu'ils ont reçue.

Des jeunes non scolarisés et sans emploi

Selon le HCP, près d’un jeune sur quatre âgés de 15 à 24 ans (1.685.000 jeunes) au niveau national ne travaille pas, n’est pas à l’école et ne suit aucune formation . Cette proportion atteint 44% parmi les jeunes femmes (1.319.000 personnes), et 11,7% parmi les jeunes hommes (366.000 personnes).

Parmi la population en âge de scolarisation dans l'enseignement secondaire qualifiant (15-17 ans), 14,2% (300.000 personnes) ne travaillent pas, ne sont pas à l’école et ne suivent aucune formation. Cette proportion est de 24,6% parmi les filles (243.000 personnes) et de 5,1% parmi les garçons (58.000 personnes).

LIRE AUSSI: