Pirates russes, escroquerie indienne et élections françaises: L'actualité numérique de la semaine en bref

Publication: Mis à jour:
TECH
Young man and woman startups business meeting to discuss the situation on the marketing in the meeting room. | ijeab via Getty Images
Imprimer

Des pirates russes ciblent l’agence d'espionnage norvégienne

Neuf comptes de courrier électronique en Norvège de personnels civils ont été ciblés par des pirates informatiques dans des attaques de «lancer-phishing» associées aux services de renseignements russes, ont annoncé vendredi dernier les services de renseignement norvégiens (TVP), précisant qu’aucune information classifiée n'a été dérobée. Le porte-parole de la TVP, Martin Berntsen, a indiqué que l'agence avait été avertie plus tôt cette année par une agence étrangère au sujet des "attaques ciblées" des service de sécurité, du Parti travailliste de Norvège, de l'armée et des agences gouvernementales.

"Les attaques avaient une signature qui indique que les personnes derrière le piratage peuvent être identifiées comme APT29", a déclaré Bernsen à l'Associated Press. « On peut les retrouver en Russie », dit-il encore. Il a ajouté que l'APT29 était une autre appellation pour Cozy Bear, les pirates qui, l'an dernier, ont pénétré des ordinateurs du Parti démocratique américain et ont infiltré plus tôt des réseaux non classifiés à la Maison Blanche et au Département d'Etat. «Spear-phishing» implique des courriels qui semblent provenir d'individus ou d'entreprises connus. Une fois ouverts, les pirates peuvent lancer des logiciels malveillants sur le réseau informatique d'un destinataire.

La police indienne met fin à une escroquerie de 550 millions $ sur Internet

La police indienne a mis fin à une escroquerie sur Internet dans laquelle environ 650.000 personnes ont perdu au total 37 milliards de roupies (549 millions de dollars) après avoir envoyé de l'argent à une entreprise qui leur promettait de gagner de l'argent en cliquant sur des liens Web.

La police a déclaré avoir arrêté trois chefs de file dans la banlieue de New Delhi, et a saisi plus de 5 milliards de roupies (74 millions de dollars) dans des comptes bancaires. Les personnes impliquées ont créé une série de sites Web qui promettaient aux abonnés potentiels la chance de gagner cinq roupies (0,07 $) chaque fois qu'ils cliquaient ou aimaient les liens Web envoyés à leurs téléphones mobiles, a indiqué à Reuters, Amit Pathak, responsable d'une unité de cybercriminalité.

Les « investisseurs » ont versé chacun des milliers de roupies dans les comptes bancaires de la compagnie pour rejoindre cette pyramide, mais les liens Web qu'ils ont reçus étaient faux. En perquisitionnant le siège de la société, la police a trouvé 250 passeports d'employés et de membres qui avaient été récompensés avec des vacances en Australie. Les escrocs prévoyaient de filmer les vacances et ensuite l'afficher en ligne en tant que matériel promotionnel pour attirer plus d'abonnés. La criminalité cybernétique en Inde, le deuxième plus grand nombre d'utilisateurs d'Internet au monde, a bondi de 350% en 2014.

Les autorités françaises craignent des risques de piratage aux élections 2017

Selon un article du "Laboratoires Antivirus Bitdefender", l’éditeur de logiciels anti-virus, les autorités françaises « ont mis en garde les partis politiques contre de potentielles cyberattaques pouvant survenir » lors des prochaines élections présidentielles. L’article cite Guillaume Poupard, le directeur de l’Agence Nationale pour la Sécurité des Systèmes d’Information (ANSSI) qui « a indiqué que les cyberattaques peuvent être utilisées comme un outil susceptible d’interférer dans les élections ».

« Nous faisons manifestement face à des gens qui ne lancent pas de attaques pour faire des tests. Il y a une véritable stratégie globale qui inclut des cyberattaques, de l’influence et de la diffusion d’informations », a déclaré le directeur de l’ANSSI. L’article rappelle que la Commission Européenne a également exprimé ses craintes de l’influence que « pourrait avoir le Kremlin sur les futures élections présidentielles européennes ». Selon le premier responsable de l’ANSSI, les partis politiques « sont particulièrement vulnérables aux attaques telles que le spearphishing ou des attaques de leurs sites web ».

Les autorités antitrust de l’UE enquêtent sur les ventes en ligne

Les autorités antitrust de l'Union Européenne ont ouvert trois enquêtes sur 15 sociétés soupçonnées de restreindre les ventes en ligne d'appareils électroniques, de jeux vidéo et de chambres d'hôtel pour limiter le choix des consommateurs et les empêcher d'acheter aux prix les plus bas. L'UE vise à stimuler les ventes transfrontalières en ligne et à arrêter le géoblocage.

"Le commerce électronique devrait donner aux consommateurs un plus large choix de biens et de services, ainsi que la possibilité de faire des achats au-delà des frontières", a déclaré la commissaire européenne à la concurrence, Margrethe Vestager, dans un communiqué. La Commission de l’UE affirme que ces restrictions étaient répandues dans les 28 pays de l’Union. L'enquête menée sur la vente de produits électroniques grand public vise les sociétés Asus, Denon & Marantz, Philips et Pioneer, soupçonnées d'avoir limité la capacité des détaillants en ligne à fixer leurs propres prix pour les appareils, les ordinateurs portables et les produits hi-fi.

Pour les jeux vidéo, l’enquête cible Valve Corp., le propriétaire de la plate-forme de distribution Steam et cinq autres fabricants de jeux - Bandai Namco, Capcom, Focus Home, Koch Media et ZeniMax - accusés d'empêcher les achats en raison du pays de résidence.

Facebook expérimente une nouvelle application pour connecter ses utilisateurs

Facebook a publié une nouvelle fonctionnalité de réseautage sur ses applications mobiles Android (Google) et iOS (Apple), pour faciliter les connexions entre les personnes qui ne sont pas déjà amis sur le réseau social.

La nouvelle fonctionnalité, intitulée "Discover People" (Découvrir les gens), encourage les utilisateurs à se présenter en mettant à jour leur profil, puis à parcourir une liste d'événements à venir pour voir qui d'autre peut aussi s’y rendre, ainsi que parcourir les listes de personnes dans leur ville ou qui partagent le même employeur.

Selon Phone Arena, la nouvelle fonctionnalité est essentiellement un moyen plus simple de filtrer des informations déjà facilement accessible sur Facebook, et les utilisateurs ont déjà la possibilité de voir qui participe ou s'intéresse à des événements spécifiques en visitant la page Facebook de l'événement. La section qui a été placée dans la section navigation Amis, Événements, Groupes, Lieux proches et d'autres options, est actuellement en cours de déploiement à des utilisateurs de Facebook à travers le monde.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.