Huffpost Maroc mg

Islamophobie: Les Européens veulent (aussi) restreindre l'immigration musulmane

Publication: Mis à jour:
ISLAMOPHOBIA
Francois Lenoir / Reuters
Imprimer

ISLAMOPHOBIE- Trump n’est pas le seul à pointer du doigt l'immigration issue de pays musulmans. Une étude du think tank Chatham House, parue le 7 février sur le site de cet institut de recherche britannique, révèle que la majorité des Européens souhaiterait que cesse l’immigration de pays à majorité musulmane.

L’enquête a été menée auprès de 10.000 personnes en provenance de 10 pays d’Europe différents. À la phrase qui leur était proposée, "Toute migration provenant de pays à majorité musulmane doit cesser", les participants devaient répondre par "d’accord", "neutre", ou "pas d’accord".

"Les résultats sont frappants et donnent à réfléchir", indique l'Institut de recherche britannique Chatham House dans l’étude. En effet, pour huit pays sur dix, la majorité des participants approuvent la déclaration.

Avec 71% de "d'accord", les Polonais se classent comme les européens les plus réticents à accueillir des immigrés provenant de pays à majorité musulmane. Ils sont suivis par les Autrichiens avec 65% de participants qui préféreraient que l’immigration musulmane cesse, les Belges et les Hongrois avec 64%, les Français avec 61%, les Grecs avec 58%, les Allemands avec 53%, et les Italiens avec 51%.

study europe immigration

Une crainte majoritairement partagée

C’est seulement au Royaume-Uni et en Espagne que ce pourcentage n’a pas dépassé la moitié des personnes sondées, avec respectivement 47% et 41% de personnes qui étaient d’accord avec la déclaration. De plus, aucun des 10 pays n’a dépassé les 32% de désaccord avec la déclaration.

Cette opposition à l’immigration musulmane est aussi plus intense auprès des personnes plus âgées, alors que les personnes de moins de 30 ans semblent être moins opposées à cette immigration.

À l’exception de la Pologne, cette opposition semble être plus marquée dans les pays qui ont été au centre de la crise des réfugiés ou qui ont fait face à des attaques terroristes durant ces dernières années.

D’un autre côté, le niveau d’éducation est également un facteur essentiel de l’enquête, puisque 59% des personnes sans diplôme universitaire voudraient que l’immigration cesse, tandis que moins de la moitié des personnes titulaires d’un diplôme universitaire étaient du même avis.

On pourrait penser que ces résultats sont dus à un effet de "contagion" à la suite du décret de Donald Trump, intitulé "protéger la nation contre l’entrée de terroristes étrangers aux États-Unis". Ce décret du 27 janvier suspendait le programme d'accueil des réfugiés et interdisait l'entrée aux États-Unis de ressortissants de ces sept pays à majorité musulmane : le Yémen, l’Iran, la Libye, la Somalie, le Soudan, la Syrie et l’Irak. Cependant, l'enquête en question a été menée en décembre et janvier dernier, avant l'annonce de ce décret, qui a été suspendu par la Cour fédérale d'appel de San Francisco le 9 février.

LIRE AUSSI: