Huffpost Maroc mg

Cette Marocaine installée au Canada raconte comment elle a été refoulée des États-Unis

Publication: Mis à jour:
MAROCAINE
Cette Marocaine installée au Canada raconte comment elle a été refoulée des Etats-Unis | Capture d'écran - TVA Nouvelles
Imprimer

DÉCRET AMÉRICAIN - Elle est Canadienne de nationalité et Marocaine d'origine. Aucun des deux pays n'est concerné par le décret anti-migratoire de Donald Trump, bloqué depuis par la justice américaine. Et pourtant, Fadwa Alaoui a été empêchée samedi dernier d'entrer avec sa famille aux États-Unis.

Installée au Canada depuis 22 ans déjà, cette femme de confession musulmane résidant à Brossard voulait faire du shopping avec sa cousine à Burlington, dans le Vermont. Une fois au poste frontalier de Philipsburg, Fadwa a été bloquée par les douaniers américains.

"Nous avions décidé d'aller à Burlington, le week-end dernier, faire du magasinage (shopping, ndlr) avec la famille. Mais au poste frontalier, les douaniers américains nous ont demandé de descendre de notre véhicule et d'entrer dans leur bureau", raconte-t-elle à TVA Nouvelles.

Téléphones fouillés

"On nous a demandé quel était notre pays d'origine. Je leur ai dit que j'étais originaire du Maroc. Ensuite, ils ont réclamé nos cellulaires. Ils ont exigé nos mots de passe et ont fouillé le contenu de nos téléphones pendant une heure", poursuit-elle.

Fadwa Alaoui assure qu'elle a été ensuite interrogée par les douaniers en l'absence de sa cousine. "Ils sont venus nous chercher une par une. C'était dans un bureau. Et là, l'interrogatoire a commencé. Quelle est notre religion? Est-ce qu'on la pratique? Quel est le nom de la mosquée que l'on fréquente? Qui est l'imam? Qu'est-ce qu'on nous dit à la mosquée?".

Les douaniers lui auraient même demandé ce qu'elle pensait des politiques de Donald Trump, rapporte le journal canadien. "Je lui ai dit, M.Trump peut faire ce qu'il veut de son pays".

Après un interrogatoire de quatre heures, Fadwa, sa cousine et ses deux enfants, ont été finalement empêchées de fouler le sol américain. Aucune raison valable ne leur aurait été présentée.

L'attentat de Québec évoqué

"Est-ce parce que nous sommes musulmans ou parce que je suis voilée? Les douaniers m'ont même demandé si je connaissais les victimes des attentats à la mosquée de Québec. Dans mon cellulaire, ils ont découvert un message qui indiquait que j'avais fait un don pour les familles des victimes", précise-t-elle.

Fin janvier dernier, le président américain Donald Trump a signé un décret censé protéger "la nation contre l'entrée de terroristes étrangers aux États-Unis". Le texte controversé interdit l'entrée aux États-Unis des ressortissants de sept pays musulmans, à savoir la Syrie, l'Iran, le Soudan, la Libye, la Somalie, le Yémen et l'Irak. Vendredi dernier, un juge de Seattle a décidé de sa suspension, mais le gouvernement Trump a depuis fait appel et n'exclut pas de remonter le dossier jusqu'à la Cour suprême.

LIRE AUSSI: