Huffpost Maroc mg

Ce journaliste de CNN a fait passer un sale quart d'heure à la conseillère de Trump

Publication: Mis à jour:
CAPTURE
CNN
Imprimer

ÉTATS-UNIS - Il arrive un moment où il devient difficile d'éviter les questions qui fâchent sans que ça ne soit évident. Kellyanne Conway, conseillère de Donald Trump, a bien dû s'en rendre compte ce mardi 7 février quand elle a accepté une interview en direct sur CNN.

Cela a en tout cas sauté aux yeux de certains téléspectateurs grâce à la ténacité du journaliste aux manettes de cet entretien qui a duré 25 minutes en début d'après-midi (en intégralité, ci-dessous). Jake Tapper n'a en effet pas raté une occasion de confronter cette proche du milliardaire new-yorkais sur les contre-vérités du président et de ses équipes, sans se laisser dérouter par les circonvolutions de cette dernière.

Premier mensonge mis sur le tapis, le fait que les médias auraient sciemment passé des attentats sous silence. Trump a accusé lundi les médias "très, très malhonnêtes" de ne "pas vouloir couvrir" certains attentats en avançant :"ils ont leurs raisons et vous le savez bien". La Maison Blanche a même publié mardi une longue liste de plusieurs dizaines d'attentats qu'elle juge avoir été mal couverts.

Problème, ces événements ont été traités par la presse du monde entier. Le Guardian, Le Monde ou encore le New York Times ont répondu en publiant des liens vers leur large couverture de ces attaques et CNN a diffusé des images de ses reportages à Kellyanne Conway (voir ci-dessous).

Celle-ci a alors tenté d'expliquer -après s'être plainte que la couverture entre Trump, les attentats et la mort de Prince était "disproportionnée"- que le président voulait en fait dire que certaines attaques n'avaient pas été assez traitées et qu'il ne voulait pas que "l'on y devienne insensible".

"Vous nous inventez que le président ne veut pas que l'on devienne insensible, c'est bien gentil, mais ce n'est pas ce qu'il a dit, que nous ne couvrions pas ces attaques parce que nous avions objectif secret. Nous avons des journalistes en danger sur le terrain, ce qui est dit est faux et profondément blessant", a rétorqué le journaliste.

Jake Tapper a profité du sujet de "passer les attaques sous silence" pour évoquer le fait que Trump s'était empressé de twitter à propos de ce qui s'est déroulé au Louvre le 3 février mais était resté totalement silencieux sur l'attentat qui a frappé une mosquée de la ville de Québec et fait six morts (voir ci-dessous). "Ma question est donc de savoir si ces victimes sont moins mortes que les victimes d'attentats perpétrés par des proches de l'État islamique?"

Tout ce que la conseillère a trouvé à répondre était que Trump "ne tweete pas sur tous les sujets" et qu'il s'émouvait "de toute perte de vie", le journaliste soulignant que personne n'était mort dans l'attaque du Louvre... Et ça ne s'est pas arrêté là, Jake Tapper a ensuite demandé une réaction à la déclaration de Trump, quelques heures plus tôt, qui s'est plaint que personne ne parlait du fait qu'il "n'y a jamais eu autant de meurtres en 47 ans".

"Si les médias ne traitent pas l'information, c'est parce qu'elle est fausse", a précisé le journaliste, graphique à l'appui pour prouver qu'une augmentation avait eu lieu récemment mais que l'on était "très loin des chiffres des années 1990 ou 1980". Alors qu'elle tentait de changer de sujet, Conway a fini par justifier ne pas savoir "où Trump avait trouvé ses données".

La conseillère a tout de même reconnu avoir inventé le massacre de Bowling Green quand elle était apparue à la télévision quelques jours plutôt pour défendre le décret anti-immigration de Trump. "Je suis désolée de m'être mal exprimée, je ne voulais pas faire croire quelque chose de faux aux gens", a-t-elle expliqué avant d'assurer que la Maison Blanche avait "le plus grand respect pour la vérité".

Une déclaration qui a laissé le journaliste perplexe (voir ci-dessus). "Et les déclarations du président, Kellyanne? Les meurtres au plus haut? FAUX. Les médias qui ne couvrent pas les attentats? FAUX", a-t-il lancé avant de demander à la conseillère si elle pensait que CNN répandait de fausses informations, référence au président qui avait qualifié la chaîne de "fake news" lors de la parution d'articles ou sondages qui ne lui étaient pas favorables. "Non, je ne le pense pas", a estimé Conway, cette fois sans périphrases ni détours.

L'entretien a rencontré un franc succès chez les internautes. Sur Twitter, nombreux étaient ceux qui saluaient notamment la ténacité du journaliste, comme vous pouvez le voir ci-dessous:

"Jake Tapper pendant l'interview" "Cette interview a été tellement mauvaise pour Conway qu'elle va pouvoir retourner faire des entretiens sur les chaînes du câble" "Chers confrères journalistes, que Jake Tapper vous serve de modèle: simple, direct, des questions basées sur des faits"

LIRE AUSSI: