Nouveaux affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Al Hoceima (VIDÉOS)

Publication: Mis à jour:
Imprimer

CONTESTATION - Les Rifains ne lâchent rien. Plus de trois mois après la mort de Mouhcine Fikri, Al Hoceima s'est de nouveau embrasée dimanche 5 février.

Un sit-in devait être organisé dans la ville pour célébrer le 54e anniversaire de la mort du résistant anti-colonial Abdelkrim al-Khattabi, mais également en soutien au vendeur de poisson tué dans une benne à ordures fin octobre après son interpellation par la police.

Des affrontements ont éclaté l'après-midi jusqu'au soir entre des manifestants et les forces de l'ordre à Boukidan, une commune d'Al Hoceima, alors que les habitants formaient un cortège pour rejoindre le centre ville où le sit-in devait débuter à 14 heures.

Dans un communiqué publié dimanche soir, la DGSN a démenti avoir fait l'usage d'armes à balles en caoutchouc ou de bombes lacrymogènes pour disperser ce rassemblement. La police nationale a également assuré qu’"aucun type d’arme de fonction n’a été utilisé" et que "personne n’a été arrêté dans le cadre de ces événements", affirmant que les informations relayées dans ce sens par certains médias sont fausses.

Les forces de l'ordre sont intervenues pour "disperser des sit-in ne répondant pas aux conditions légales", a précisé la DGSN dans un autre communiqué, "et rétablir le trafic routier".

Lors de cette intervention, certains manifestants ont lancé des pierres contre les forces de sécurité comme on peut le voir dans la vidéo ci-dessus publiée par Nador City. 27 policiers ont été blessés et transférés à l'hôpital, selon la même source. Une enquête a été ouverte pour déterminer l'identité des agresseurs.

Depuis la mort de Mouhcine Fikri, de nombreuses manifestations ont été organisées à Al Hoceima en hommage au jeune homme et pour dénoncer la "hogra".

Les manifestants, rassemblés sur la Place des martyrs, scandaient des slogans tels que "Liberté", "Dignité" et "Justice", et brandissaient des photos du défunt, ainsi que des drapeaux amazighs ou encore le portrait de Abdelkrim al-Khattabi.

Neuf personnes ont été arrêtées et deux sont en liberté provisoire dans cette affaire. Le dossier d'instruction a été transmis à la chambre pénale de première instance d'Al Hoceima fin janvier dans l'attente de la tenue du procès.

LIRE AUSSI: