LGBT - L'autorisation pour se constituer en association lui est refusée, mais le collectif Akaliyat continue la lutte

Publication: Mis à jour:
LGBT
Malgré le refus d'autorisation, l'association LGBT Akaliyat veut continuer la lutte | shutterstock
Imprimer

MINORITÉS - Le collectif de défense des minorités sexuelles et religieuses Akaliyat, qui a déposé en janvier une demande d'autorisation pour se constituer en association, s'est vu refuser son dossier par le wali de la région de Rabat-Salé.

Dans un communiqué publié le 30 janvier sur sa page Facebook, le collectif, qui avait tenu sa première assemblée générale fin décembre, explique que le wali a refusé de récupérer le dossier déposé par le président et le secrétaire général de l'association au motif que le collectif "n'a pas informé les autorités de son assemblée générale".

Une version contestée par Akaliyat, qui explique avoir prévenu les autorités locales de la commune de Hassan à Rabat, par courrier recommandé, 48 heures avant la tenue de l'assemblée générale. Selon le communiqué du collectif, le président de l'association a également été "brusquement" mis à la porte par le wali.

"Nous allons continuer à travailler, même sans autorisation"

L'association, qui milite contre la criminalisation et la discrimination des minorités sexuelles et religieuses, notamment les Lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres (LGBT) et les athées, n'entend pas s'arrêter là pour autant. "Nous allons continuer à travailler, même sans autorisation. C'est de toute façon la manière dont nous travaillions avant", explique un membre du collectif au HuffPost Maroc.

À la question de savoir s'ils déposeront une nouvelle demande d'autorisation, notre source indique que l'association va "poursuivre en justice les autorités qui ont refusé de leur donner le récépissé". Elle est, pour cela, soutenue par un avocat.

Le collectif dénonce par ailleurs la "violence" exercée par le wali de la région de Rabat sur le président de l'association, ainsi que "les harcèlements répétés" par les autorités sur des membres du bureau associatif.

LIRE AUSSI: Aswat publie une vidéo pour sensibiliser les LGBT sur leurs droits au Maroc