"Tassanou Tayrinou": Kamal Hachkar fait chanter l'amour en amazigh dans son nouveau documentaire

Publication: Mis à jour:
Imprimer

TÉLÉVISION - Dimanche 5 février, 2M diffusera en prime time dans son programme "Des histoires et des hommes" le nouveau documentaire de Kamal Hachkar, un road-movie musical sur le thème de l'amour.

Le réalisateur, connu pour son film "Tinghir-Jérusalem, les échos du Mellah" (2011), fait partie des dix artistes choisis par la deuxième chaîne pour réaliser une série de documentaires sur l'amour au Maroc.

Après le film "Shakespeare à Casablanca" de Sonia Terrab diffusé en janvier, Kamal Hachkar présentera "Tassanou Tayrinou", expression amoureuse qui signifie littéralement "mon foie, mon amour" en amazigh.

À la manière d'un conte, le documentaire balade le spectateur dans le Moyen-Atlas de Tinghir à Demnate en passant par Imilchil, sur les traces de la légendaire poétesse Mririda N’Ait Attik, symbole de la femme libre qui aurait vécu dans les années 20 et chantait l'amour-passion, la sexualité et ses désirs d'amante.

L'amour sans tabou

"À la lecture de ses textes traduits par René Euloge, un instituteur français qui l'aurait découverte dans un souk à Azilal, j'ai été frappé par la liberté de cette femme analphabète venant d'un Maroc profond, qui n'hésitait pas à chanter des poèmes d'une très grande liberté", explique Kamal Hachkar au HuffPost Maroc.

Une liberté qui fait écho aux chants que le réalisateur originaire de Tinghrir écoutait lui-même dans son enfance, lors de mariages où hommes et femmes déclamaient des poèmes d'amour. "Durant ces moments-là, les frontières s'estompaient. Les hommes et les femmes pouvaient s'envoyer des vers d'amour dans une société où tout était devenu hchouma", indique le réalisateur.

"Dans mon film, je confronte la liberté de ces poèmes qui expriment l'amour sans tabou à une société qui aujourd'hui devient malheureusement de plus en plus conservatrice et où la honte est associée au sentiment amoureux", ajoute-t-il. "C'est aussi une manière de dire aux Marocains qu'il suffit de puiser dans notre passé pour voir que le conservatisme est récent et que nous étions d'une grande ouverture il y a quelques années".

Le documentaire "Tassanou Tayrinou", produit par la boîte de production de Nabil Ayouch Ali n' Productions, sera diffusé dimanche soir à 21h30 et rediffusé mercredi 8 février à minuit sur 2M.

Le réalisateur travaille actuellement sur "Retour au pays natal", suite de son premier film "Tinghir Jérusalem", sur la jeune génération d'Israéliens d'origine marocaine qui se réapproprient leur identité par la musique marocaine. Le film devrait être bouclé à la fin de l'année.

LIRE AUSSI: HuffPost Talk #1: Kamal Hachkar, une passion juive (VIDÉO)