Le RNI renouvelle ses coordinateurs régionaux et s'affranchit de sa vieille garde

Publication: Mis à jour:
AZIZ_AKHANNOUCH
DR
Imprimer

POLITIQUE - Pièces centrales du dispositif partisan du Rassemblement national des indépendants (RNI), les coordinateurs régionaux ont été renouvelés. Si l'objectif affiché est celui de la rationalisation, il s'agit aussi, pour Aziz Akhannouch, d'affranchir son parti d'une vieille garde qui a fait long feu.

Le fonctionnement des coordinations régionales du RNI a longtemps été marqué par l'archaïsme. Un document de diagnostic du parti, élaboré en amont des élections législatives, arrivait à des conclusions à peu près similaires, et faisait état de l'absence de bases de données dans certaines régions. "Nous avons des membres qui militent depuis des années au sein du parti mais qui ne disposent pas d'une carte d'adhérent. Cela pose problème puisqu'on ne peut pas les contacter, il n'y a que les coordinateurs régionaux qui les connaissent", nous confiait une source au RNI.

Cela posait, d'abord, un problème de communication: "Ces militants ne sont pas accessibles et le président ne peut pas s'adresser à eux par mail, par SMS, ou en les appelant directement. Le seul canal de communication que le président a, c'est le coordinateur. Quand il se déplace dans une région donnée, le président du parti est dépendant du coordinateur, pour pouvoir accéder à ses troupes".

Exit la vieille garde

Le 31 janvier, Le RNI a nommé ses nouveaux coordinateurs. La vieille garde du parti a été mise à l'écart. Un cas retentissant est celui de Mohamed Bentaleb. Ce "faiseur de pluie et de beau temps", dixit une source au RNI, était le numéro 2 du parti sous Ahmed Osman, fondateur du RNI, et était l'homme fort du RNI à Casablanca. Celui qui est, par ailleurs, l'époux de la ministre de l'Artisanat Fatema Marouane a cédé sa place au ministre de l'Economie et des finances, Mohamed Boussaid.

Mohamed Bouhriz, qui avait à sa charge la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceïma, a été remplacé par Rachid Talbi Alami, ex-président de la première chambre.

La coordination de la région de l'Oriental a été attribuée à Faouzi Lekjaâ, directeur du Budget au ministère des Finances et président de la Fédération royale marocaine de football (FRMF). Mohamed Abbou, ministre du Commerce extérieur, a hérité la région de Fès-Meknès, tandis que Mbarka Bouaida ex- ministre déléguée aux Affaires étrangères présidera aux destinées du RNI dans la région de Guelmim-Oued Noun.

MHE refuse Marrakech

Selon une source au RNI, le ministre de l'Industrie Moulay Hafid Elalamy s'est vu proposer la région de Marrakech, mais a décliné l'offre. C'est finalement Mohamed Kabbaj qui a été nommé coordinateur du parti dans la région de Marrakech-Safi. Entrepreneur dans l'enseignement supérieur privé depuis 1987, il est le PDG de KMR Holding Pédagogique, qui détient l'université privée de Marrakech.

Le ministre chargé des MRE et des affaires de la migration Anis Birou, lui, aura à sa charge une région consacrée aux marocains du monde, auprès desquels le RNI.