Tunisie: La désignation des délégués continue de faire jaser

Publication: Mis à jour:
YOUSSEF CHAHED
FETHI BELAID/AFP/Getty Images
Imprimer

Le dernier mouvement des délégués qui a touché près de 114 régions de la Tunisie a suscité une vague de réactions. Les tirs sont venus de toutes parts, chez les politiques, comme chez les journalistes, et même des citoyens ordinaires ont eu de mal à accepter ces nouvelles nominations.

Le député du Mouvement Projet de la Tunisie (MPT) Mohamed Troudi, a sévèrement critiqué, ce jeudi, dans une interview accordée à Shems Fm, ce mouvement de délégués.

“C’est la première fois dans l’histoire de la Tunisie qu’un mouvement de délégués ne soit pas annoncé officiellement” a-t-il dit en précisant que le fait de publier via les réseaux sociaux et les médias prouve que certains n’ont pas encore compris la notion d'État. Il a ajouté que sous la pression, certains nouveaux délégués ont dû renoncer au poste. Il a rappelé que dans les années 60 et 70, le délégué était issu de l’Ecole Nationale d'Administration avec une formation approfondie de deux ans en matière de gestion des affaires locales et administratives afin d’assurer sa mission convenablement.

Cet avis a été également partagé par le journaliste Samir Elwafi qui a noté que ces nominations dévoilent une imprudence et une insouciance quant à la notion d'État. Il a, par ailleurs, mis en doute le niveau de de compétence de certains délégués nommés.

Le député du Front Populaire (FP), Ammar Amroussia, a critiqué à son tour, la désignation des nouveaux délégués. Il a estimé que les nominations ont été accordées sous la base de quotas politiques, et non sur les compétences. “Ce ne sont pas de simples délégués” a-t-il dit en expliquant que leur nomination aura des conséquences sur les prochaines élections municipales. “C’est une préparation des élections municipales avant l’heure” a-t-il martelé en soulignant la nécessité de réviser les noms. “La Tunisie est dans une terrible situation,”a-t-il ajouté.

De son côté, le parti des travailleurs a appelé, dans un communiqué, à l’annulation de ces nominations, rapporte Mosaïque Fm. Il a qualifié cette mesure d' "échec" et a noté que certains noms sont des anciens membres du RCD déchu et certains d’entre eux sont suspectés de baigner dans des affaires de corruption.

Les habitants de Djerba Midoun ont également, émis, un communiqué exprimant leurs réserves quant à la nomination du nouveau délégué. Ils ont réclamé au Chef du gouvernement de publier le CV du nouveau délégué et cela suite aux informations annonçant que son niveau de scolarité est en dessous de la septième année de base.

Selon Shems Fm, suite aux mouvements de protestation, un nouveau délégué a été désigné à Midoun.

Intervenant sur les ondes de Mosaïque Fm, le nouveau secrétaire général de la centrale syndicale, Noureddine Taboubi, a annoncé la mise en place d’une équipe administrative dédiée à l’examen des CV des délégués récemment nommés.

Plusieurs mouvements de protestation ont eu lieu, ces derniers jours, dans différentes régions pour réclamer la révision des nominations des délégués. Au même moment, le chef du gouvernement Youssed Chahed a déclaré, aux médias que son gouvernement ne reviendra pas sur les dernières nominations.

LIRE AUSSI: Le départ fort émouvant du délégué de Nefta (VIDÉO)

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.