Huffpost Maroc mg

Attentat à Québec: Le jeune Marocain arrêté à tort n'en veut pas à la police

Publication: Mis à jour:
QUEBEC
Azzedine Najd (R) and his wife Fadwa Achmaoui look at the memorial near the site of a fatal shooting at the Quebec Islamic Cultural Centre in Quebec City, Canada January 31, 2017. REUTERS/Mathieu Belanger | Mathieu Belanger / Reuters
Imprimer

QUEBEC - Mohamed Belkhadir n'est visiblement pas rancunier. Le jeune homme d'origine marocaine, étudiant en génie, a été arrêté par erreur après la fusillade qui a fait six morts, dont un ressortissant marocain, et huit blessés. D'abord suspecté par la police d'être le complice d'Alexandre Bissonnette, qui s'est révélé être le seul auteur de l'attentat, Mohamed a finalement été libéré après plusieurs heures de garde à vue, innocenté de toutes les charges.

Au mauvais endroit, au mauvais moment

Mohamed Belkhadir est en fait un habitué de la mosquée. C'est alors qu'il déneige les escaliers près du centre qu'Alexandre Bissonet y fait irruption et tire sur les fidèles.

Selon le journal canadien La Presse, Mohammed Belkhadir s'est précipité dans le centre après que les coups de feux ont cessé, pour porter secours aux blessés. «C'est le réflexe quand quelqu'un est blessé. On ne peut pas le laisser. C'est un acte d'humanité partagé par tout le monde, pas seulement les musulmans», raconte ce dernier, en toute humilité.

Une arrestation que Mohamed comprend parfaitement

Son arrestation est en fait le fruit d'un malentendu. Quand un policier armé fait irruption dans la salle, le jeune homme le prend pour l'assaillant et fuit. C'est alors qu'il est poursuivi et menotté par la police. Une arrestation que Mohammed comprend parfaitement. "Je comprends, je respecte qu'ils m'aient attrapé. Ils m'ont vu fuir, ils ont pensé que j'étais suspect, c'est normal. Pour eux, quelqu'un qui fuit, c'est un suspect", déclare Mohamed au quotidien.

Le jeune homme, encensé par ses voisins et amis pour sa gentillesse et son humanité a cependant avoué avoir eu peur pour son avenir. En effet, avoir son nom associé à une affaire de terrorisme, même après avoir été innocenté, peut vite se transformer en cauchemar. "Je m'imaginais ne plus pouvoir travailler, ne plus pouvoir aller à l'université, ne plus pouvoir suivre mes rêves", raconte-t-il à .

Pour son loueur, cité par le journal "il devrait être dédommagé pour les dommages psychologiques qu'on lui cause avec ça".

Soutien du cabinet de Justin Trudeau

Si les médias ont d'abord annoncé Mohammed Belkhadir comme suspect, nombreux se sont rétractés après sa libération. La chaine américaine Fox News a de son côté subi les foudres de nombreux internautes pour ne pas avoir retiré un tweet déclarant que l'un des assaillants était d'origine marocaine, même après que Mohammed ait été formellement identifié comme simple témoin par les autorités canadiennes.

Kate Purchase, directrice des communications de Justin Trudeau, a alors envoyé un message à charge à la chaîne, lui demandant expressément de retirer ce tweet. "Au fil de la journée, il s'est avéré que l'information était fausse. En fait le suspect a été identifié comme un Canadien français de 27 ans, et non quelqu'un d'origine marocaine", écrit Kate Purchase, reprise par le HuffPost France.

La chaîne retirera finalement ce fameux tweet et aura même droit aux remerciements de Kate Purchase. La politesse canadienne n'est visiblement pas qu'un mythe.

LIRE AUSSI: