Décret Trump: un Algérien détenteur de la Green Card retenu pendant 7 heures à l'aéroport JFK

Publication: Mis à jour:
NEW YORK AIRPORT
An arrivals board shows a picture of the Statue of Liberty to greet arrivals at JFK International Airport Terminal 4, on January 30, 2017 in New York. / AFP / DON EMMERT (Photo credit should read DON EMMERT/AFP/Getty Images) | DON EMMERT via Getty Images
Imprimer

Un ressortissant algérien, détenteur de la Green Card et habitant de l'Etat de la Louisiane, a été retenu pendant 7 heures mercredi 01 février 2017 à l'aéroport international de New York, selon une avocate américaine. Un second Algérien a par ailleurs été interpellé dans le même aéroport, ont rapporté ce jeudi l’APS citant des "sources bien informées".

"Nous ignorons encore les raisons de sa détention", a expliqué l'agence de presse officielle, qui souligne que l'interpellation de ce ressortissant n’est pas liée à l’application du décret du président Donald Trump.

Ces mêmes sources affirment qu'"aucune détention d’Algérien n’a été signalée jusqu'ici, à l’exception de celle-ci". Et de poursuivre: "Depuis l’entrée en vigueur de ce décret, de nombreux algériens sont entrés aux Etats Unis sans la moindre difficulté".

Pourtant, selon une avocate américaine bénévole avec un mouvement de protestation contre le décret anti-immigration de Trump, un autre Algérien, détenteur de la Green Card, a été retenu mercredi 01 février 2017 pendant plus de 7H dans le même aéroport.

Habitant de la Louisiane, il se rendait à New York pour la première fois. A en croire le témoignage de cette avocate, les autorités américaines "lui ont confisqués son ordinateur et l'ont interrogé sur sa religion, sa famille et ses opinions sur Daech pendant sa détention", avant de le libérer.

Plusieurs médias affirmaient hier que des ressortissants algériens étaient retenus à l'aéroport International de New York, citant des journalistes américains. Une information rapidement démentie par l'ambassadrice américaine en Algérie, Joan Polaschik, dans un de ses tweets.

Elle a affirmé dans un tweet que le journaliste américain à l'origine de cette "rumeur" faisait plutôt référence à des individus de différentes nationalités arrivés aux Etats-Unis de l'Algérie et non pas à des Algériens.

Elle a ensuite rappelé que l'Algérie ne fait pas partie des pays concernés par le "décret anti-immigration" de Donald Trump, soulignant les procédures d'obtention des visas d'affaires ou d'immigration restent inchangées.

La communauté algérienne s’est mobilisée dans plusieurs Etats américains pour signaler d’éventuelles détentions suite à l’application de ces mesures qui ont pris par surprise les ressortissants de plusieurs pays en partance pour les Etats-Unis.

Des dizaines de passagers, entre 100 et 200 selon le New York Times, sont retenus dans plusieurs aéroports américains et menacés d’expulsion.

Le décret migratoire de Trump interdit pendant trois mois toute entrée sur le territoire américain aux ressortissants de sept pays majoritairement musulmans: le Yémen, l’Iran, la Libye, la Somalie, le Soudan, la Syrie et l’Irak.

Il bloque également pendant quatre mois l’entrée à tous les réfugiés quelle que soit leur nationalité.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.