Retrouvez l'actualité High-tech de la semaine en bref

Publication: Mis à jour:
HIGHTECH
information coming out of a smart phone | Daniel Grizelj via Getty Images
Imprimer

En France le e-commerce dopé par les achats mobiles en 2016

Les achats effectués à partir de smartphones ont dopé la croissance du e-commerce en France en 2016. Selon les chiffres de la Fédération du e-commerce et de la vente à distance (Fevad), cités par Reuters, les ventes en ligne ont progressé de 14,6% l'an dernier totalisant 72 milliards d'euros, après une hausse de 14,3% en 2015.

En moyenne, un acheteur sur Internet a dépensé 2.000 euros en 2016, contre 1.780 euros l'année précédente. Cette hausse s'explique par une offre en ligne très dynamique des enseignes traditionnelles.

A fin 2016, le marché français comptait plus de 200.000 sites actifs, "soit dix fois plus qu'il y a dix ans", affirme Reuters. Les achats réalisés à partir de terminaux mobiles ont grimpé de 30% en 2016 représentant 15% du marché des ventes en lignes. A la fin 2016, le e-commerce représentait 8% des ventes de l'ensemble du commerce de détail en France.

Cisco rachète AppDynamics pour près de 4 milliards de dollars

Cisco Systems a annoncé le rachat de l'éditeur de logiciels d'entreprise AppDynamics pour environ 3,7 milliards de dollars. Cité par Reuters, le vice-président du développement de Cisco, Rob Salvagno, explique que l'acquisition d'AppDynamics s'inscrit dans la stratégie à long terme de l'équipementier réseaux de migrer vers le logiciel. C

isco Systems, qui fait face à une réduction des investissements des opérateurs de télécommunications et des entreprises dans les routeurs et les commutateurs, renforce donc ses activités dans les secteurs de la sécurité informatique, les data centers et le cloud. Fondée en 2008, la société AppDynamics, basée à San Francisco, édite un logiciel de gestion et de surveillance des performances applicatives dans les entreprises. Elle compte environ 2.000 clients payants, parmi lesquels l'opérateur du Nasdaq, Nike, Kiabi, Expedia, T Systems, et Cisco Systems. AppDynamics sera intégrée à la division "internet des objets et applications" de Cisco.


Safaricom du Kenya oriente son financement vers l’Internet fixe

L’opérateur Safaricom du Kenya a réaffecté des fonds pour construire son réseau Internet fixe pour connecter les particuliers en raison de la hausse de la demande pour les services de streaming en ligne comme Netflix, a déclaré son DG Bob Collymore à Reuters.

Le marché de l’Internet fixe au Kenya est dominé par l’opérateur Zuku du Groupe Wananchi et Jamii Telecoms. Safaricom, la plus grande entreprise de télécommunications au Kenya, détenue à 40% par Vodafone, s'est jusque là concentrée sur l'accès à l’Internet mobile. L'activité de services Internet de Safaricom a augmenté d'environ 40% au cours du premier semestre se terminant à la fin de septembre.

Ce résultat est bien en dessous du taux de croissance de 52% pour les autres opérateurs africains et de 62% dans le reste du monde. Les dépenses d'investissement de Safaricom à mars 2016 ont atteint 310 millions de dollars, dont une grosse partie dans en fibre optique. Collymore a déclaré que Safaricom avait déjà connecté 6000 foyers à son nouveau réseau de données fixes, utilisant des fibres et des pôles. Safaricom a dépensé 25 millions de dollars pour une licence 4G dont le réseau a été déployé dans les principaux centres urbains du Kenya.

Le Nigeria appelle à investir dans des logiciels locaux

L'Institut des Software Practitioners du Nigeria (ISPON) a appelé à la Banque de l'Industrie au Nigeria à créer un bureau d'affaires du logiciel avec un prêt renouvelable de 16,350 millions de dollars américains pour développer le secteur des logiciels dans le pays.

Le Président de l’ISPON, James Emadoye, a critiqué la dépendance "excessive" de son pays pour l'importation de produits logiciels par les secteurs public et privé de l'économie nigériane. Emadoye estime "dangereux de permettre aux logiciels étrangers d'être dominants dans les entreprises du pays, le gouvernement, l'éducation et l’armée".

Cité par le quotidien The Vanguard, Emadoye a ajouté : "Nous ne pouvons pas compter sur d'autres nations pour le faire à notre place et nous ne pouvons pas attendre de l'expérience d'effondrement ou de piratage sérieux qui peut écraser l'économie en quelques secondes parce que nous laissons l'information nationale aux mains des étrangers".

Le Nigeria a consacré plus de 50 millions de dollars (16 milliards de Naira) en 2016 pour les licences de logiciels importés. Le président d'ISPON a souligné l'effet positif que pourrait avoir une industrie logicielle florissante au Nigeria en termes de création d'emplois et d’économies en devises. "Le gouvernement par le biais de l'Agence nationale de développement de la technologie de l'information, NITDA, doit faire plus d'efforts pour s'assurer que tous les ministères, départements et agences, pour soutenir l’industrie du logiciel au Nigeria.


L’industrie high-tech au Canada veut des visas pour les personnes bloquées aux USA

Un groupe de fondateurs, de dirigeants et d'investisseurs de sociétés technologiques canadiennes a demandé dimanche dernier à Ottawa de donner immédiatement une résidence temporaire aux personnes, issus de sept pays à majorité musulmane, interdites d’entrées aux Etats-Unis.

Dans une lettre ouverte signée par plus de 200 acteurs de l'industrie technologique au Canada, les entreprises affirment que "le talent et la compétence ne connaissent pas de frontières. "De nombreux entrepreneurs technologiques canadiens sont des immigrants, sont des enfants d'immigrants, emploient et ont été employés par des immigrants ", ajoute la lettre ouverte.

Le Canada veut attirer des travailleurs qualifiés en technologie de l'étranger tout en retenant les travailleurs et les étudiants qui sont souvent attirés par les entreprises technologiques mondiales. Plus de 300.000 Canadiens travaillent actuellement dans la Silicon Valley. Jim Balsillie, ancien dirigeant de BlackBerry, a déclaré dans le Globe and Mail: "De telles politiques (celle de Trump) mettent tout le monde dans la communauté des affaires sur même bord car toutes les entreprises mondiales ont une main-d'œuvre multiculturelle". Ajoutant : "Si le Canada peut rapidement mettre en œuvre le visa mondial de compétences pour les talents technologiques, nous pouvons renforcer notre pays en tant que lieu d'attrait pour les meilleurs talents".

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.