Une carte numérique de tous les sites archéologiques de l'Algérie prochainement créée

Publication: Mis à jour:
TIMGAD
DEA / ARCHIVIO J. LANGE via Getty Images
Imprimer

Le ministre de la Culture Azzedine Mihoubi a annoncé mardi à Tipaza un projet de signature avec l'Etat des Emirats arabes unis (EAU), d'un accord sur la numérisation de la carte culturelle nationale, dans le cadre de la coopération culturelle entre les deux pays.

Dans une déclaration à l'APS en marge de la visite de travail qu'il a effectuée au centre arabe d'archéologie en cours de réalisation à Tipaza, le ministre a annoncé qu'un accord portant création d'une carte numérique des sites culturels, archéologiques et historiques de toutes les régions d'Algérie, sera signé entre le Centre national des recherches archéologiques et l'entreprise émiratie spécialisée dans les applications informatiques dans le domaine culturel.

Le projet pris en charge "à titre gracieux" par l'entreprise émiratie prévoit la création d'une carte numérique de tous les sites archéologiques du pays avec un synopsis de chaque site pour la promotion de la destination Algérie à travers Internet.

Le ministre a précisé qu'il s'agit d'une application qui sera lancée sur les réseaux sociaux, soulignant la nécessité d'être au diapason des développements en cours notamment dans le domaine des technologies de l'information et de la communication dans le cadre d'une stratégie de communication visant à réformer le système culturel en Algérie.

La création prochainement d'un portail numérique sur l'histoire et les réalisations de 5000 figures historiques algériennes qui ont laissé leur empreinte à travers les différentes époques est également prévue dans le plan d'action du ministre de la Culture.

Centre arabe d’archéologie

Concernant le projet du centre arabe d’archéologie, le ministre de la Culture a déclaré qu'une "décision importante" sera prochainement prise par les ministres arabes de la Culture pour "activer le grand projet" dont le taux d'avancement des travaux a atteint 90 %.

La création de ce centre scientifique a été décidée lors de la 17eme conférence arabe sur le patrimoine archéologique tenue en 2003 à Nouakchott (Mauritanie) sur proposition de l'Algérie.

M. Mihoubi a qualifié le projet du centre arabe d'archéologie de "très important" au vu des dangers qui menacent les sites archéologiques dans de nombreuses régions de conflits dans le monde arabe en particulier.

Le ministre a indiqué que le centre arabe d'archéologie est un espace ouvert sur toutes les civilisations et époques historiques par lesquelles sont passés l'Algérie et les pays arabes.

M. Mihoubi a ajouté que l'Algérie "est déterminée" à poursuivre les travaux et à équiper cet organisme culturel pour lequel une enveloppe financière de 69 millions de dollars a été dégagée.

Le centre a été conçu sous forme d'unités interconnectées ayant pour objectifs de rendre accessible à tous le patrimoine commun de la Nation arabe et de renforcer l'indenté arabe et valoriser sa culture, selon un responsable à l'agence nationale de gestion des grands projets culturels.

Le centre compte plusieurs structures dont une bibliothèque spécialisée, un musée arabe d'archéologie et d'arts rupestres, un institut arabe d'archéologie et des études sahariennes et un laboratoire de préservation et de restauration des biens archéologiques.

Le musée arabe d'archéologie qui s'étend sur une superficie de 4845 m2, compte quant à lui des espaces de collection d'oeuvres les plus représentatives de la société arabe.

D'une capacité de 1000 places, la bibliothèque a pour fonction l'acquisition et la conservation des fonds documentaires et bibliographiques, ainsi qua la publication et la restauration.

Lancé en 2012, le projet confié, suite à un concours international à une entreprise algérienne, devait être livré en mai 2015.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.