Mohamed Ali, le futur Mark Zuckerberg ?

Publication: Mis à jour:
MOHAMED ALI
Weneed1.com
Imprimer

TECHNOLOGIE-Grâce à un nouvel algorithme, Mohammed Ali, développeur en informatique autodidacte, promet déjà de s'inscrire dans la lignée des grands créateurs du monde virtuel, à l’instar de Mark Zuckerberg et autres génies.

Du haut de ses 16 ans, il a créé un comparateur de prix sur Internet, qui permet à ses usagers de dépenser le moins d'argent possible. À première vue, cette idée n'a rien d'innovant, mais elle est en réalité totalement révolutionnaire et risque de chambouler entièrement le marché du e-commerce. En cause, un algorithme créé par Mohamed Ali, qui consiste à mettre en relation des acheteurs avec les vendeurs les moins chers, le tout entre particuliers.

À contre-sens du système classique des enchères

Sur son site weneed1.com, c'est l'acheteur qui mène la danse. Ce dernier poste une requête, puis les vendeurs mènent entre eux une véritable guerre des prix pour obtenir gain de cause. Cela sonne comme une mercantalisation de notre société, comme si chaque vendeur cherchait à décrocher l'exclusivité d'un marché, le marché étant interprété par l'acheteur dont la requête est unique. Le site Internet consiste à ce que l'offre soit régie par la demande, créant ainsi une concurrence des prix entre les particuliers. Ce qui peut s'avérer révolutionnaire dans notre mode de consommation actuel.

Son site internet est encore très peu connu du grand public, sa page Facebook peine actuellement à atteindre les 400 fans. Mais sa popularité devrait exploser si l'on se fie à la logique imposée par la politique du buzz que nous suivons tous depuis quelques années. Mais au delà du simple buzz, le site internet Weneed1 s'annonce comme une véritable alternative commerciale.

Un site qui vaut déjà des millions d’euros

Actuellement, les plus gros investisseurs s'intéressent à cet algorithme que le jeune homme a crée. La valse des millions rode autour de lui, mais il reste ferme, pas de vente possible.

Refusant de vendre son concept à des investisseurs américains, Mohammed Ali sait bien que les 6 millions d'euros qu'on lui a proposés ne sont rien face au succès international qui attend son projet. "Si la technologie et le concept valent déjà des millions, il suffit d’imaginer combien le site vaudra une fois qu’il sera utilisé par des gens", déclarait-t-il le 23 janvier dernier dans une interview accordée au tabloïd anglais Daily Mail.

Il préfère donc garder son projet bien à lui, dans l'optique de construire un véritable empire économique, à la sauce Zuckerberg. Rappelons-nous que Facebook n'était à la base qu'un réseau social dédié

Alors oui, cela peut paraître fou de refuser une telle somme d'argent surtout à cet âge. Mais pour le jeune développeur anglais, la passion et le dévouement l'emportent sur l'idéologie mercantile. Après tout, quand on aime on ne compte pas…Jusqu'à ce qu'on commence à parler en milliards.

Un avenir mûrement réfléchi… depuis sa chambre d’ado

On dit que les meilleurs groupes de rock ont commencé dans un garage, ce n'est pas faux. Désormais, on peut également dire que les plus grands sites Internet ont vu le jour dans la chambre d'un adolescent. Et la plupart du temps, l'école ou la formation universitaire n'y est pour rien. Quant quelqu'un de passionné souhaite accomplir ses objectifs il y arrive, la plupart du temps.

Le jeune développeur ne doit rien à personne. Le codage ? Il ne l'a pas appris sur les bancs de ces écoles très tendance qui poussent un peu partout dans le monde. C’est sur Youtube que, tout seul dans sa chambre, sans professeur et sans aide, le jeune ado a tout appris. Après tout, on n’est jamais mieux servi que par soi-même. Une mentalité qui colle parfaitement à ce self-made child qui affiche une détermination lui promettant un grand avenir dans le monde de l'entreprenariat.

Dès l’âge de 13 ans, il développait depuis sa chambre "Project 2006". Un jeu vidéo en ligne qui s'est vite avéré rentable puisque pour y jouer il fallait payer 7 euros par mois. Un abonnement qui, réunissant près de 3.000 joueurs, a permis au jeune développeur d'accumuler la coquette somme de 50.000 euros.

Un compte à régler avec Uber

En plus d'être ambitieux, le jeune développeur anglais n'a pas froid aux yeux. Un onglet de son site Internet prend ouvertement parti pour les taxis. Proposant ainsi aux chauffeurs de s'inscrire pour recevoir les alertes géo-localisées de potentiels clients. Le client, alors désireux de trouver un taxi, peut envoyer une alerte, qui sera directement envoyée à tous les taxis situés dans les parages.

weneed1
weneed1

Une sorte de révolution avec comme mot d'ordre "Aidez-nous à battre Uber !". Une vision qui peut s'avérer révolutionnaire, mais en procédant ainsi, le jeune développeur ne serait-il pas en train de contribuer à ce qu'on appelle l'Uberisation ? Les taxis ne seront alors plus vraiment des taxis "indépendants" de leurs déplacements, ils seraient régis par ces alertes et géo-localisations, exactement comme fonctionne Uber.

Il est donc encore difficile de comprendre ce phénomène. Une chose est sûre, ce jeune homme de 16 ans a des ambitions démesurées. De quoi présager une vraie success story.

LIRE AUSSI: