Huffpost Algeria mg

Mise en service de 9 nouveaux barrages à l'horizon 2019

Publication: Mis à jour:
ALGERIE_PROJET BARRAGE TAKSEBT02
DR
Imprimer

9 barrages seront mis en service à l’horizon 2019 en Algérie, a annoncé mardi 31 janvier 2017 à Aïn Defla le ministre des Ressources en eau et de l’Environnement, Abdelkader Ouali.

De ces barrages, 5 seront réceptionnés au courant de cette année, a indiqué le ministre qui inspectait le barrage d’Ouled Melouk (commune de Rouina) dans le cadre de sa visite de travail dans la wilaya.

80 régions ont été identifiées à travers le pays comme étant des zones nécessitant l’implantation de barrages à cause de la faiblesse des précipitations qui y sont enregistrées, a-t-il ajouté, faisant état de l’achèvement des études afférentes à ce volet.

Pour le ministre, les efforts consentis traduisent l’intérêt porté par les hautes autorités du pays à l’eau, une substance sans laquelle "rien ne peut se faire", a-t-il dit, rappelant que l’eau profite "certes à l’agriculture, mais aussi à d’autres secteurs tels l’industrie et le tourisme."

"D’aucuns ont tendance à oublier qu’outre le fait qu’elle soit située dans une zone aride, l’Algérie est confrontée au problème de changements climatiques avec tout ce que cela induit comme irrégularités des fréquences des précipitations", a-t-il signalé, faisant remarquer qu’une période de sécheresse n’est " jamais écartée à l’avenir".

Relevant que les dernières précipitations ont été "extrêmement bénéfiques", M. Ouali a fait savoir que les barrages sont remplis à hauteur de 70 % à l’échelle nationale, assurant que ce taux va s’améliorer à la faveur de la fonte des neiges et des précipitations attendus au courant du premier trimestre de cette année.

"20 barrages sont remplis à hauteur de 90 % et 47 autres ont vu leur taux de remplissage dépasser les 50 %", a-t-il détaillé, faisant remarquer que l’auscultation des barrages ne doit pas être occasionnelle, mais doit s’effectuer de manière périodique.

"En moins de 3 mois, nos barrages ont reçu un apport supplémentaire d’eau de plus d’un milliard de m3", a soutenu le ministre, faisant état d’une quantité totale de 4,75 milliards de m3 d’eau emmagasinée au niveau de ces structures à l’échelle nationale.

Pour le ministre, la clémence du ciel ne peut être que "salutaire", appelant toutefois à la rationalisation du précieux liquide et à la lutte contre le gaspillage.

Il a, dans ce contexte, fait état de la récupération, depuis quelque temps, d’un volume quotidien de plus de 1 million de m3 à travers le territoire national représentant le vol d’eau (branchements illicites) et les fuites, n’hésitant pas à qualifier la quantité récupérée de "troisième source d’approvisionnement en eau".

"Ce chiffre qui vous laisse + pantois + fait que le volet relatif à la récupération de l’eau représente la troisième source d’alimentation en cette substance après les barrages et les forages", a-t-il soutenu, mettant l’accent sur l’importance de la participation du citoyen dans la lutte contre toute forme de gaspillage.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.