Huffpost Maroc mg

Abderrahim Atmoun: "Les partenaires européens ont accueilli avec enthousiasme le retour du Maroc à l'UA" (INTERVIEW)

Publication: Mis à jour:
ATMOUN
DR
Imprimer

DIPLOMATIE - Comment les partenaires européens du Maroc ont-ils accueilli la décision du royaume de réintégrer l'Union africaine (UA)? Et quelles seront les suites de la réintégration du Maroc, au niveau du Parlement marocain? Les réponses de Abderrahim Atmoun, député du Parti authenticité et modernité, ex-président de la commission parlementaire mixte Maroc-Union Européenne et ex-président du groupe d'amitié France-Maroc entre le Sénat et la Chambre des Conseillers.

Le HuffPost Maroc: Quelle signification revêt le retour du Maroc à l’Union Africaine ?

Abderrahim Atmoun: Nous vivons un moment historique. Sous l’impulsion du roi Mohammed VI, le Maroc est de retour dans sa famille institutionnelle et naturelle. L’adhésion du Maroc, qui a pu se réaliser à une écrasante majorité, vient couronner une intense activité diplomatique, au plus haut sommet de l’Etat, et confirme le positionnement stratégique du Maroc sur le continent africain. Le discours rassembleur et constructif de Sa Majesté à la tribune de l’Union Africaine vient rappeler que le Maroc est de retour pour contribuer de manière sereine et efficace au bon fonctionnement de cette institution.

Comment les partenaires européens accueillent-ils la décision du Maroc de réintégrer l'Union africaine?


Nos partenaires européens ont accueilli avec beaucoup d’enthousiasme la décision du royaume d’intégrer à nouveau sa famille institutionnelle qu’est l’Union Africaine. L’Union Européenne a pleinement conscience du rôle que joue le Maroc en tant que hub économique, et de nombreux échanges, notamment commerciaux, entre les pays européens et l’Afrique se font à partir du Maroc.

Nos partenaires européens ont également pleinement conscience de l’importance de l’action très forte du roi Mohammed VI en direction de l’Afrique, notamment en ce qui concerne la coopération Sud-Sud, la lutte contre les extrémismes religieux et pour rapprocher les deux continents dans le cadre de la lutte contre le changement climatique. Nos partenaires ont donc perçus le retour du Maroc au sein de sa famille institutionnelle comme étant une démarche cohérente, naturelle et bénéfique à l’ensemble du continent.

Au niveau du parlement marocain, quelles seront les suites de la réintégration de l'Union africaine? D'autant que le parlement marocain sera appelé à désigner ses représentants au parlement panafricain.


Tout d’abord, je tiens à revenir sur la dernière réunion de la Commission des Affaires étrangères de la Chambre des Représentants et la séance plénière ayant permis d’adopter l’acte constitutif de l’UA. Certaines causes nous obligent à dépasser les considérations partisanes et politiciennes, et les législateurs ont fait preuve de responsabilité et d’un grand sens de l’intérêt général. Le Parlement était soudé comme un seul homme.
En ce qui concerne le Parlement panafricain, je tiens à rappeler que l’ancien président de la Chambre des Représentants (NDLR : Rachid Talbi Alami) avait reçu Roger Nkodo Dang, le Président du Parlement panafricain, ce dernier avait exprimé alors sa volonté de voir le Maroc intégrer le Parlement panafricain afin de contribuer à l’unification du continent.
Rappelons également que le Maroc dispose d’un véritable leadership en Afrique sur le plan parlementaire puisque nous présidons déjà l’Union Parlementaire Africaine (UPA). Nul doute que le Maroc saura contribuer dans un futur proche à d’avantage de partages d’expériences et de savoir-faire et contribuera activement au renforcement des capacités des législateurs africains.

Ces dernières semaines, il y a eu plusieurs actualités concernant l'affaire du Sahara au parlement européen. Quel rôle est appelé à jouer la diplomatie parlementaire pour la défense de cette cause?

Le roi Mohammed VI, lors de nombreux discours d’ouverture de sessions parlementaires, a consacré le rôle de la diplomatie parlementaire, en appelant les parlementaires à se mobiliser sur tous les fronts pour défendre la marocanité de notre Sahara.

En ce qui concerne les relations entre le Parlement marocain et le Parlement européen, la commission parlementaire mixte, que j’ai eu l’honneur de co-présider, avec mon collègue et ami Pier Antonio Panzeri, a effectué un véritable travail de pédagogie et de sensibilisation auprès des députés européens. Je tiens d’ailleurs à saluer la récente élection de Pier Antonio Panzeri à la présidence de la sous-commission des droits de l’homme au sein du Parlement Européen.

Le plaidoyer marocain, porté par les membres de cette commission, en ce qui concerne les avancées des droits de l’homme, le modèle de développement économique ou encore la régionalisation, a su convaincre de nombreux députés européens, initialement hostiles aux causes du Maroc. Cette année, ce travail devra être intensifié et accéléré afin de relever les défis importants qui nous incombent.

LIRE AUSSI: