Huffpost Maroc mg

Ce qu'il faut retenir des rencontres tenues par le roi à Addis-Abeba

Publication: Mis à jour:
ROI MAROC KAGAME
MAP
Imprimer

DIPLOMATIE - A Addis-Abeba depuis le 27 janvier, le roi Mohammed VI multiplie les rencontres. Après avoir eu dimanche des entretiens en tête-à-tête avec le président de la république de Guinée Équatoriale Theodoro Obiang Nguema Mbasogo, le président de la république du Congo Denis Sassou Nguesso, le président de la république du Rwanda Paul Kagame et le président de la république de Guinée, Alpha Condé, le roi Mohammed VI a offert dimanche soir à Addis-Abeba une réception en l'honneur de chefs d’Etat et de gouvernement, en marge du 28ème sommet de l’Union africaine (UA).

Le cas palestinien

Au moment où l'axe Alger-Pretoria joue la montre et tente de retarder le retour du Maroc à l'Union africaine, les différentes rencontres tenues par le roi du Maroc avec des chefs d'Etat africains sont un moyen d'accentuer l'enclavement diplomatique de ceux qui s'opposent à son retour.

La présence du secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres et du président palestinien Mahmoud Abbas à la réception offerte par le souverain est forte en symbolique. Pour le premier, il s'agit d'illustrer l'accueil favorable de l'institution onusienne au retour du Maroc à l'UA, et sonne comme un appel à faire prévaloir la légitimité onusienne sur le dossier du Sahara, l'Union africaine étant, de loin, l'organisation qui a le plus offert au Polisario, tandis que pour le second, elle invalide l'argument des soutiens de la RASD, qui comparent souvent le cas du Polisario avec celui palestinien, en mettant en avant les excellentes relations du Maroc avec la Palestine.

Enchevêtrement du bilatéral et du multilatéral

Ces différentes rencontres sonnent comme un couronnement des tournées du roi, qui ont constitué une occasion, pour le souverain, de dynamiser et de densifier les relations bilatérales du Maroc, ainsi que d'élargir le maillage diplomatique du royaume.

Il s'agit aussi, pour la machine diplomatique marocaine, de mettre à profit les liens du souverain avec les chefs d'Etat africains, confirmant ainsi la prééminence des liens personnels entre le Maroc et ses partenaires africains, que le Maroc s'évertue à raffermir, et montre une diplomatie qui peut aussi bien suivre les voies multilatérales que celles bilatérales.

LIRE AUSSI: