L'utilisation nocturne des réseaux sociaux nuit au bonheur des adolescents (étude)

Publication: Mis à jour:
SMARTPHONE NIGHT
shutterstock
Imprimer

RÉSEAUX SOCIAUX- Une étude britannique, publiée dans le Journal of Youth Studies, a révélé que se réveiller la nuit pour se connecter sur les réseaux sociaux compromet le bonheur et le bien-être des adolescents.

D’après cette étude, un adolescent sur cinq se réveille la nuit pour aller sur les réseaux sociaux. Cette activité nocturne rend les adolescents trois fois plus susceptibles d’être fatigués durant la journée, ce qui engendre des répercussions négatives sur leur bonheur et leur bien-être.

L’étude, publiée dans le Journal of Youth Studies, a été réalisée auprès de 900 élèves âgés entre 12 et 15 ans à qui on a demandé de répondre à un questionnaire concernant leurs habitudes nocturnes. Des détails leur ont notamment été demandés concernant leur taux de satisfaction par rapport à plusieurs facettes de leur vie dont l’école, leurs amis, leur famille et leur apparence physique.

Les résultats
Un jeune sur cinq rapporte "presque toujours" se réveiller pour utiliser les réseaux sociaux. Ces jeunes sont trois fois plus susceptibles de se sentir fatigués à l’école comparé à ceux qui ne se réveillent pas pour se connecter. Les élèves qui ont rapporté se sentir toujours fatigués durant la journée sont, en moyenne, moins satisfaits de leurs vies que les autres.

Les chercheurs tenaient aussi à souligner que la fatigue des élèves n’était pas forcément proportionnelle à leur quantité de sommeil alors que le fait de se réveiller la nuit pour se connecter sur les réseaux sociaux était directement lié au sentiment de fatigue des élèves.

Les filles sont les plus concernées
Le genre semble aussi être un facteur essentiel dans la question ; les jeunes filles sont en effet plus susceptibles d’aller sur les réseaux sociaux la nuit que les jeunes garçons. Plus d’un quart d’entre elles avoue toujours se réveiller la nuit pour vérifier les messages sur leurs portable et tablette.

"L’utilisation des réseaux sociaux envahit ce sanctuaire qu’est la chambre à coucher", explique l’auteur de l’étude Sally power, directrice de l’institut de recherche économique et sociale de Wales (WISERD) à l’université Cardiff.

Ce manque d’énergie peut être aussi dû à "la routinisation" de l’heure de réveil. Les adolescents qui n’avaient pas une heure régulière à laquelle ils se réveillaient rapportent se sentir plus fatigués durant la journée et sont, eux aussi, trois fois plus susceptibles d’aller en cours avec un sentiment de fatigue. Le fait d’installer une routine et de se réveiller donc à une heure précise tous les jours diminueraient la fatigue.

La fatigue des adolescents à l’école est effectivement liée à plusieurs facteurs comme le précise l’étude, mais l’ampleur des réseaux sociaux se révèle de plus en plus prépondérante. Pour être plus heureux, il faudra donc éloigner son smartphone de la table de chevet.

LIRE AUSSI: