Air France l'affirme, cette photo ultra partagée n'a rien à voir avec le décret anti-immigration de Donald Trump

Publication: Mis à jour:
TWITTER
TWITTER/JULIAVERGELY
Imprimer

IMMIGRATION - Un tweet, des milliers de retweets. Juste avant de décoller pour New York le 29 janvier, Julia Vergely, journaliste à Télérama, prend en photo le panneau d'appel situé à la porte d'embarquement.

Treize noms incomplets, dont certains à consonance arabe, sont appelés à se "présenter au comptoir service client". La journaliste s'interroge aussitôt sur un lien possible avec le décret anti-immigration de Donald Trump.

twitter

Dimanche, on apprenait peu avant son décollage que 15 personnes à direction des Etats-Unis avaient été refoulées par KLM en vertu de ce nouveau décret.

La photo est aussitôt retweetée des milliers de fois, avec des commentaires qui n'ont pas peur de tirer des conclusions définitives, pour le dénoncer ou s'en réjouir.

Pourtant, à en croire Air France, contacté par Le HuffPost, la réalité est tout autre. "Ces écrans sont installés aux portes d'embarquement de l'aéroport Roissy-CDG, terminal 2E, détaille un porte-parole de l'entreprise. Ils servent à régler des formalités administratives liées aux bagages, au surclassement, au formulaire ESTA pour entrer sur le territoire américain, etc. Les passagers de cette liste ne sont pas concernés par les conditions d'accès aux Etats-Unis. Ils ont tous embarqué".

"Comme toutes les compagnies aérienne dans le monde", Air France reconnaît malgré tout respecter la nouvelle politique américaine d'immigration. "Nous ne sommes pas décisionnaires, chaque État est souverain, poursuit le porte-parole. Nous avons ordre de ne pas embarquer. Si on le faisait, nous aurions ordre de rapatrier la personne à nos frais, en plus d'une amende dont le montant est assez dissuasif."

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.