Cinq questions à Nizar Bouguila, PDG de Tunisie Telecom

Publication: Mis à jour:
BOUGUILA
HuffPost Tunisie
Imprimer

Le PDG de Tunisie Telecom, Nizar Bouguila, a accordé, vendredi 27 janvier 2017, une interview à Ines Oueslati, rédactrice en chef du HuffPost Tunisie, à Nizar Bahloul, directeur général du journal électronique Business News et à Walid Neffati, rédacteur en chef du site d'information spécialisé en IT THD, dans le cadre du Talk Show TIC de ce dernier.

Nommé, depuis août 2015, à la tête de TT, Bouguila a fait le tour des réalisations et des perspectives de l’opérateur historique des télécommunications et a abordé les questions relatives à sa controversée expansion à l'étranger, à la vente de parts que le groupe Emirates International Telecommunications (EIT) y détient et enfin à son possible départ.

Quelles sont les nouveautés de Tunisie Telecom?

Nizar Bouguila: "Le ran sharing!", répond le patron de TT qui a expliqué qu’un accord de partage d’infrastructures et du réseau d’accès radioélectrique a été récemment signé avec Ooredoo dans le but d’améliorer la qualité du service offert aux populations des zones rurales du gouvernorat de Siliana. Il a précisé que cette collaboration entre les deux opérateurs intervient à la suite d’une première expérience réussie dans le gouvernorat de Zaghouan.

Bouguila a noté que TT contribue de la sorte à "la concrétisation du plan stratégique Tunisie Digitale 2020 qui vise à offrir les services à haut débit à tous les Tunisiens dans toutes les régions du pays pour garantir l’inclusion sociale et renforcer la culture numérique.

Il a précisé que le taux de couverture balaie la majorité des régions en ajoutant « qu’il n’y a pas de régions privilégiées ». « Tout dépendra de la capacité de la région en question, » a-t-il expliqué en insistant sur le rôle de TT dans la collecte du trafic.

Parmi les autres nouveautés, le PDG de TT a évoqué l’amélioration du système sécuritaire contre les cyberattaques. Il a ajouté que le risque des coupures a été réduit et les services relatifs à la 3G et 4G se sont développés. Il a mentionné, d’autre part, l'idée d’un nouveau projet qui vise à atteindre un débit de 1000 Mb/s (mégabits par seconde), à savoir 250 fois plus que le débit que le consommateur a actuellement. « Un test réel a été élaboré », a-t-il lancé en précisant que ce projet touchera d’ici la fin de l’année en cours plusieurs régions. Par ailleurs, une autre technologie dite le "super vectoring" permettra d'atteindre 300 Mb dans d'autres zones, a expliqué Bouguila.

"L’objectif est de proposer un meilleur service à nos clients et de leur assurer un confort d’utilisation optimale", s’est-il réjoui.

"Et d'ici trois ou quatre ans, c'est la Tunisie entière qui sera couverte par la 4G ", a projeté Bouguila en déclarant que le ministère des Technologies de l'Information, de la Communication et de l'Economie Numérique va lancer dans les prochains jours un cahier des charges sur le service universel pour assurer la couverture avec l'internet mobile des zones dites blanches et ce avec le soutien de l'Etat.

"Un cahier des charges a été élaboré avec l'aide des trois opérateurs et grâce à la cartographie qui en résulte, un appel d'offres sera lancé pour la couverture réseau de ces zones", a indiqué Bouguila.

Et d'ajouter que "Tunisie Telecom a participé à un appel d'offres lors de Tunisie 2020 qui est la cartographie numérique et l'a emporté dans le cadre d'un consortium. Nous réaliserons ce projet de cartes numériques, et nous confirmerons notre présence comme opérateur d'infrastructures".

Bouguila a abordé, par ailleurs, le phénomène du vol des câbles en cuivre. "Les cas de vols ont nettement diminué, mais, ce phénomène existe encore, et n’a pas disparu", a-t-il renchéri. Toutefois, d'après lui, la technologie de la fibre optique en a fini avec ce phénomène et offre, par ailleurs, le meilleur de la qualité à ceux qui en bénéficient déjà.

L'expansion de Tunisie Telecom à l’étranger a été émaillée de nombreux reproches. Au final, les retombées ont-elles été à la hauteur de l'investissement ?

"Telle est la stratégie de la plupart des opérateurs de télécommunication: inclure un développement à l’international", a répondu Bouguila.

« On est dans un secteur d’économie d’échelle et le marché est en train de se rétrécir par la guerre des prix et de la concurrence," a-t-il expliqué.

"Tunisie Telecom a pu saisir des opportunités de croissance clés à Malte et à Chypre," a-t-il poursuivi.
Avec l’acquisition de la majorité de Go Malta, Tunisie Telecom a pris la présidence du Conseil d’administration et assure la gouvernance de la société afin de créer de nouvelles synergies et créer de la valeur pour les actionnaires en question.

Le groupe Abraaj compterait-il acheter 35% du capital de TT détenus par les Emiratis? A quel prix?

"Des négociations ont été engagées entre le groupe Abraj et l’Emirates International Telecommunications (EIT) en vue de l’acquisition des 35% de EIT dans capital de Tunisie Telecom", a confirmé Nizar Bouguila.

"Pour avoir entamé, la discussion, je suppose que l'accord a été donné de la part de l'Etat tunisien, cependant, il sera nécessaire ensuite de le consulter pour finaliser", a indiqué Bouguila.

Concernant le montant de la transaction, il a noté qu’aucune information n’a été divulguée, puisque les discussions entre les deux parties sont en cours et que rien n’est encore finalisé.

Quant à l’entrée de Tunisie Telecom en Bourse, Bouguila a noté que cette question n’est pas à l’ordre du jour. "Le but de l'entrée en bourse n'étant pas forcément le financement, mais d'avoir un actionnariat populaire, que les Tunisiens aient des parts dans cette société, c'est aussi le but de Tunisie Telecom".

Selon Sigma Conseil, Tunisie Telecom se place en deuxième position derrière Ooredoo en matière d’investissements publicitaires. Comment expliquez-vous ce recul?

"Tunisie Telecom a choisi en mars dernier d’effectuer un rebranding qui met en relief sa stratégie visant à mieux s’approcher de la société et plus précisément les jeunes et à garder une identité visuelle unique", a expliqué Bouguila.

Le patron de Tunisie Telecom a indiqué que sa société a plutôt optimisé ses dépenses de communication et a ciblé davantage le flux de ses investissements. "Nous avons tendance à investir plus dans le digital et les réseaux sociaux," a-t-il ajouté.

Concernant la stratégie de Tunisie Telecom au niveau de la responsabilité sociétale des entreprises (RSE), Bouguila a noté que l’opérateur historique de télécommunication s’intéresse à ce genre d’actions dans différents axes.

Il a cité la collaboration de TT dans des événements culturels tels que le festival international de Carthage: "Nous avons essayer de ramener le festival à ceux qui en sont loin notamment via la diffusion en streaming des soirées", a indiqué Bouguila, rappelant le soutien de TT aux JCC et aux jeunes producteurs grâce au prix Takmil qui permet de financer des projets cinématographique en cours de finalisation.

"Nous sommes les premiers à soutenir la culture en Tunisie," a-t-il précisé, ajoutant que TT soutient également les événements sportifs et s’intéresse à la protection de l’environnement avec son opération "Plage propre" et son projet de plantation d'un million d'arbres avec l'association Al Madania. L’encouragement des jeunes en matière d’entrepreneuriat fait aussi partie des priorités.

On vous dit sur le départ. Si vous quittez Tunisie Telecom, quel projet aimeriez-vous réaliser avant?

"L'important ce n'est pas Nizar Bouguila, mais les objectifs visés et réalisés. Je suis encore à Tunisie Telecom. Pour l'instant, on me fait encore confiance et je suis là pour servir la Tunisie", a lancé Bouguila avant de confier sa volonté d’assister à la digitalisation de la société tunisienne. "Comme on a été là à l'entrée des Tunisiens dans l'ère du mobile puis de l'internet, nous ambitionnons d'accompagner le Tunisien dans la phase du tout digital, la vie numérique qui est dans l'économie, le loisir et partout dans la société". Il a noté qu’en étant le bras droit de l’Etat, Tunisie Telecom projette de mettre en place ce projet ambitieux et de suivre la tendance mondiale en matière de télécommunication grâce à tous ceux qui y travaillent "les militants", comme il se plait de les appeler.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.