Huffpost Tunisie mg

Donald Trump: "Ensemble nous allons répandre l'amour et la tolérance à travers le monde"

Publication: Mis à jour:
DONALD TRUMP
Carlos Barria / Reuters
Imprimer

ÉTATS-UNIS - Le président américain n'est pas à un paradoxe près. "Ensemble nous allons répandre l'amour et la tolérance à travers le monde": c'est ce que la Maison Blanche écrit dans un communiqué diffusé vendredi 27 janvier à l'occasion de la journée mondiale à la mémoire des victimes de l'Holocauste.

Le même jour, Donald Trump a pourtant confirmé un sérieux tour de vis en matière d'immigration et de réfugiés: les autorités américaines vont interdire pendant trois mois l'arrivée de ressortissants de sept pays musulmans: Irak, Iran, Libye, Somalie, Soudan, Syrie et Yémen.

Washington va aussi arrêter pendant quatre mois le programme fédéral d'admission et de réinstallation de réfugiés de pays en guerre, toutes nationalités confondues. Un programme humanitaire ambitieux créé en 1980 et qui n'a été suspendu qu'une seule fois: durant trois mois après le 11-Septembre. Très peu pour la "l'amour" et la "tolérance".

Un décret anti-immigration qui ne passe pas

Quant aux réfugiés syriens, qui ont fui par millions le conflit dans leur pays, mais dont seulement 18.000 ont été acceptés aux Etats-Unis depuis 2011, ils seront définitivement interdits d'entrée, jusqu'à nouvel ordre. "C'est du lourd", s'est exclamé le 45e président des Etats-Unis devant des hiérarques militaires réunis au Pentagone.

Dans une déclaration commune à Genève, l'Organisation internationale pour les migrations et le Haut-Commissariat aux réfugiés (qui dépendent de l'ONU) ont appelé les Etats-Unis à poursuivre leur tradition d'accueil des réfugiés. "Les places de réinsertion offertes par chaque pays sont vitales. L'OIM et le HCR espèrent que les Etats-Unis vont continuer à jouer leur rôle important de leader et poursuivre leur longue tradition de protection de ceux qui fuient les conflits et les persécutions".

Les démocrates vent debout

De son côté, la jeune Pakistanaise Malala, prix Nobel de la paix en 2014, a déclaré dans un communiqué avoir "le cœur brisé de voir le président Trump fermer aujourd'hui la porte à des enfants, des mères et des pères qui fuient la violence et la guerre (...) J'ai le cœur brisé de voir l'Amérique tourner le dos à son fier passé d'accueil de réfugiés et de migrants."

La comédienne iranienne Taraneh Alidoosti a décidé de ne pas se rendre à la cérémonie des Oscars, le 26 février prochain, pour protester contre le "racisme" de la mesure de Donald Trump. Elle est pourtant à l'affiche du film "Le Client" de son compatriote Asghar Farhadi, nommé dans la catégorie du meilleur film étranger.

Ce texte a surtout également provoqué une levée de boucliers chez les démocrates. "Le décret cruel du président Trump sur les réfugiés sape nos valeurs fondamentales et nos traditions", a ainsi regretté Ben Cardin, membre de la commission des Affaires étrangères du Sénat. De nombreux responsables démocrates se sont indignés sur les réseaux sociaux.

Si certains estiment que signer ce décret, le jour de la mémoire des victimes de l'holocauste est une insulte au peuple juif, beaucoup estiment que Donald Trump bafoue les valeurs des Etats-Unis.

"L'ordre de Donald Trump de restreindre les immigrants des pays musulmans et de geler l'admission des réfugiés est une trahison des valeurs américaines"

"Donald Trump interdit les réfugiés et insulte la mémoire de tous les Juifs assassinés quand trop peu de nations les protégeaient"

"Pendant toute notre histoire, l'Amérique a servi de refuge à ceux qui sont persécutés. Le fait de suspendre l'immigration des pays musulmans est contraire à nos valeurs"

Même dans son propre camp

Même chez les républicains, le décret ne semble pas faire l'unanimité. Paul Ryan, le chef de la majorité républicaine à la Chambre des représentants, a soutenu à demi-mot seulement l'initiative de Donald Trump: "Nous sommes une nation compatissante et je soutiens le programme de réinstallation des réfugiés, mais il est temps de réévaluer et de renforcer le processus de vérification des visas", a-t-il déclaré.

Mike Pence, le vice-président, lui-même, semble ne pas être totalement en phase avec Donald Trump sur ce coup là.

En 2015, celui qui était alors gouverneur de l'Indiana expliquait dans un tweet: "Les appels à interdire aux musulmans d'entrer aux États-Unis sont offensants et inconstitutionnels." Evidemment, depuis quelques jours, les internautes se font un malin plaisir à ressortir ce vieux message pour rappeler à Mike Pence ses anciennes valeurs.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.