Huffpost Algeria mg

Les Etats-Unis veulent "montrer leur force" à l'ONU

Publication: Mis à jour:
UNITED NATIONS
United Nations Secretary-General António Guterres shakes hands with new US Ambassador to the United Nations Nikki Haley at the United Nations on January 27, 2017 in New York. / AFP / Bryan R. Smith (Photo credit should read BRYAN R. SMITH/AFP/Getty Images) | BRYAN R. SMITH via Getty Images
Imprimer

La nouvelle ambassadrice américaine aux Nations unies a assuré vendredi, sur un ton inhabituel, que les Etats-Unis allaient "montrer leur force" au sein de l'organisation, mettant ainsi en garde les pays qui voudraient s'opposer à la diplomatie du président Donald Trump.

"Pour ceux qui ne nous soutiennent pas: nous notons vos noms", a menacé Nikki Haley, en s'adressant à des journalistes avant son premier entretien avec le nouveau secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres.

Le but de l'administration Trump, a insisté l'ancienne gouverneure de Caroline du Sud, "est d'avoir un rôle à l'ONU, et pour jouer un rôle à l'ONU nous allons montrer notre force, faire porter notre voix, soutenir nos alliés et nous assurer que nos alliés nous soutiennent également".

La première rencontre entre Mme Haley et M. Guterres intervient au moment où des médias aux Etats-Unis font état d'un projet de décret présidentiel américain qui priverait l'organisation d'une aide financière des Etats-Unis chiffrée à plusieurs milliards de dollars.

Cette possible coupe budgétaire pourrait faire d'autant plus de mal aux Nations unies que les Etats-Unis en sont les principaux contributeurs, en finançant 22% de leur budget et 28% des opérations de maintien de la paix, le coût de ces dernières représentant 7,8 milliards de dollars annuels.

Nikki Haley, fille d'immigrés indiens, s'est également dite favorable à une refonte de l'ONU.

"Tout ce qui marche, nous allons l'améliorer. Tout ce qui ne marche pas, nous allons essayer d'y remédier. Tout ce qui semble être obsolète et inutile, nous allons nous en débarrasser", a expliqué la diplomate de 45 ans.

Avant d'avoir prêté serment, le président Donald Trump avait lui-même qualifié l'ONU de "club pour des gens qui veulent se réunir et passer du bon temps".

Le porte-parole de M. Guterres a indiqué, après les fuites sur le projet de décret présidentiel américain, que le secrétaire général souhaitait entamer des discussions avec les Etats-Unis.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.