Huffpost Tunisie mg

La réponse très forte de l'ex-ministre Madeleine Albright au décret anti-musulmans de Donald Trump

Publication: Mis à jour:
ALBRIGHT
CHRIS KLEPONIS/AFP/Getty Images
Imprimer

INTERNATIONAL - Il l'avait promis, il s'apprête à tenir parole. Invoquant le "terrorisme" dans un monde devenu un "foutoir complet", le président américain Donald Trump va prochainement signer un décret suspendant l'entrée aux Etats-Unis
de ressortissants de plusieurs pays musulmans, ainsi que l'admission de réfugiés. Un de ces décrets bloquerait pendant un mois l'arrivée de ressortissants de sept pays musulmans: Irak, Iran, Libye, Somalie, Soudan, Syrie et Yémen.

Ce projet de décret présidentiel, que le quotidien Washington Post a publié mercredi, est intitulé "Protéger la nation d'attaques terroristes par des étrangers" et prévoit également l'arrêt complet pendant quatre mois du programme américain d'admission de réfugiés de pays en guerre. Les Syriens, qui ont fui par millions le conflit dans leur pays, et dont seulement 10.000 ont été acceptés aux Etats-Unis en 2016, seraient, eux, définitivement interdits d'entrer.

"Je suis prête à m'enregistrer comme musulmane"

Des mesures qui font polémique aux Etats-Unis et ont notamment fait réagir Madeleine Albright. Sur Twitter, l'ancienne secrétaire d'Etat de Bill Clinton a plaidé mercredi 25 janvier pour que l'Amérique "reste ouverte aux gens de toutes croyances et de toutes origines". Par solidarité et pour dénoncer la stigmatisation, elle a aussi annoncé qu'elle était prête à être enregistrée comme musulmane.

"J'ai été élevée comme catholique, suis devenue épiscopalienne et ai découvert plus tard que ma famille était juive, a-t-elle tweeté. Je suis prête à m'enregistrer comme musulmane en solidarité", a déclaré Madeleine Albright.

Comme le souligne Mashable, Donald Trump avait évoqué durant sa campagne la mise en place d'une base de données où seraient enregistrés les musulmans.

Madeleine Albrigtht est devenue en 1997 la première femme secrétaire d'Etat (équivalent de notre ministre des Affaires étrangères). Née à Prague en 1937, elle a fui le pays avec ses parents face à l'arrivée des nazis, avant de s'installer en Grande-Bretagne puis aux Etats-Unis. Comme elle l'expliquait en 1997, ses parents ne lui ont jamais parlé de leur culture juive.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.