Au Maroc, les parlementaires préfèrent embaucher leurs enfants

Publication: Mis à jour:
PARLEMENT MAROCAIN
Affaire PenelopeGate: Les parlementaires marocains peuvent-ils engager des membres de leurs familles | DR
Imprimer

POLITIQUE - La vie politique française - que les Marocains suivent avec attention- vit depuis hier au rythme des révélations du Canard Enchaîné. Le journal satirique a en effet divulgué que l'épouse du candidat de la droite aux élections présidentielles, François Fillon, aurait perçu près de 500.000 euros (soit plus de 5MDH) de rémunération comme assistante parlementaire, provoquant une levée de boucliers. Qu'en est-il au Maroc? Les parlementaires ont-ils le doit d'employer des membres de leur famille ?

Si au Maroc le statut d'"assistant parlementaire" n'existe pas, il existe cependant des postes "d'assistants politiques" qui sont attribués au sein des groupes parlementaires (formés par les partis ayant obtenu plus de 20 sièges aux élections). Des assistants qui ont tous un statut de fonctionnaire. Leurs salaires varient selon leurs diplômes, soit entre 10.000 et 25.000 dirhams par mois.

Des agents qui exercent plusieurs types de travaux administratifs

Contrairement à la France, pas de cagnotte pour les élus, soit une subvention d'état pour chaque parlementaire. "Au Maroc les parlementaires ne disposent pas de cagnottes, les assistants sont rémunérés par le parlement", explique une source parlementaire.

Comme nous explique cette source "ce sont des agents qui exercent plusieurs types de travaux administratifs". Ces derniers peuvent être "emmenés par détachement, ce qui exige l'existence d'un poste vacant au parlement, ou par une mise à disposition, c'est-à-dire que ce sont des personnes employées par des ministères et rémunérées par ce dit ministère qui sont affectées provisoirement pour travailler avec des groupes parlementaires, selon la volonté de leur ministre de tutelle".

"Pas de règlement qui interdise d'employer un membre de sa famille"

Comme en France, il arrive que certains parlementaires en profitent pour introduire leur "progéniture" dans les sphères du parlement "il n'y a pas de règlement qui interdise d'employer un membre de sa famille", nous explique la même source.

Le parlement a aussi la possibilité d'engager des assistants politiques par le biais de concours, même s'ils sont rares ou par des recrutements directs. Dans le cas du concours, des parlementaires ont également introduit leurs enfants dans ces tests.

"Ce ne sont pas tous les parlementaires qui engagent des membres de leurs familles au parlement, mais il faut un code déontologique pour éviter ce genre de situation", précise la source.

LIRE AUSSI: