Huffpost Maroc mg

Non, les élèves du lycée Lyautey n'ont pas mis le feu aux toilettes lors de leur manif contre le bac blanc

Publication: Mis à jour:
Imprimer

ÉCOLE - Du mouvement au lycée Lyautey à Casablanca. Les élèves de terminale ont manifesté mercredi 25 janvier contre la décision de la direction de l'établissement scolaire d'avancer la date du bac blanc au deuxième trimestre au lieu du troisième.

Selon plusieurs informations circulant dans la presse, des lycéens auraient mis le feu aux toilettes du lycée et enfermé leurs professeurs dans des salles de cours. Des informations démenties par les élèves eux-mêmes sur Facebook et par l'ambassade de France au Maroc, qui gère le réseau de l'enseignement français à l'étranger (AEFE).

message facebook lycee lyautey

"Il y a en effet eu une manifestation hier au lycée Lyautey, mais il n'y a pas de quoi s'émouvoir. Il n'y a pas eu de feu dans les toilettes, mais seulement un papier brûlé", indique au HuffPost Maroc une source au sein de l'ambassade de France. "Le calme est revenu et un compromis a été trouvé entre les élèves et les professeurs pour le bac blanc", ajoute notre source.

"Certes, il y a eu quelques incidents. Des élèves plus jeunes se sont joints à nous de leur plein gré et n'ont pas respecté les règles de l'établissement", nous confie un élève de terminale. "Quelques vitres ont été cassées, un ou deux extincteurs aussi, et un petit bout de papier a flambé aux toilettes du bâtiment scientifique, mais les professeurs n'ont pas été séquestrés, et les forces auxiliaires ne sont pas intervenues. Bien au contraire, la grève s'est terminée dans la joie et la bonne humeur et nous avons obtenu que les résultats du bac blanc, qui débutera le 13 février, comptent pour le troisième trimestre et non le deuxième", ajoute-t-il.

"Bac blanc maintenu, dossier perdu", avaient écrit les lycéens sur des pancartes brandies pendant la manifestation. Ces derniers craignaient que les notes obtenues au bac blanc, si elles étaient mauvaises, ne leur portent préjudice car elles apparaîtraient sur le dossier scolaire envoyé aux grandes écoles pour lesquelles ils postulent, contrairement à celles du troisième trimestre qui n'y figurent pas.

LIRE AUSSI: