La LTDH dénonce la récurrence des atteintes à l'intégrité physique contre les citoyens et les activistes sociaux

Publication: Mis à jour:
LTDH
page Facebook LTDH
Imprimer

Le conseil national de la Ligue tunisienne des droits de l’Homme (LTDH) s’est dit préoccupé par la récurrence des atteintes à l’intégrité physique des citoyens et des agressions faites aux activistes sociaux.

Le conseil de la ligue a, également, dénoncé le laxisme dans le traitement du dossier des anciens de l’Union générale des étudiants de Tunisie (UGET), fichés par la police dont certains ont entamé une grève de la faim depuis plusieurs jours.

Réuni les 20 et 21 janvier en cours, le conseil national de la LTDH a, dans une déclaration rendue publique lundi, indiqué que les atteintes à l’intégrité physique des citoyens dans les centres de détention, conduisent dans certains cas à la mort, comme c’était le cas pour un détenu à la prison de Monastir.

La LTDH a, par ailleurs, dénoncé la lenteur dans la promulgation d’une série de lois à même de hâter l’installation des institutions démocratique et des instances constitutionnelles et nationales, dont, entre autres, la loi électorale et les lois relatives au Conseil supérieur de la magistrature, à la Cour constitutionnelle et à l’Instance supérieure des droits de l’Homme et des libertés fondamentales.

Dans sa déclaration, le conseil de la ligue a réaffirmé son soutien aux revendications des anciens de l’UGET, fichés par la police, se disant préoccupé par l’état de santé des grévistes de la faim et condamnant l’agression du président de la section de la ligue à Béja par un député de la région.

Au cours de sa réunion, le conseil national de la LTDH, a examiné un ensemble de questions inhérentes à l’adoption de l’amendement du règlement intérieur et du plan d’action futur de la ligue, outre l’activité du comité directeur et la situation financière de la ligue.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.