Personne n'est venu au cours de ce professeur, qui raconte avec humour son malheur

Publication: Mis à jour:
CLASSROOM
TWITTER/AVITABLE
Imprimer

Un professeur absent fait (très) souvent le bonheur des élèves. Mais l'inverse? A en croire les tweets d'Adam Heath Avitable, formateur occasionnel à l'université, la situation, bien que cocasse, est loin d'être aussi réjouissante.

Comédien, blogueur et écrivain américain, Adam Heath Avitable donne également des cours de Gestion de Documents Electroniques (GED) à l'université de Central Florida. Mais le 19 janvier, il se retrouve devant une classe vide.

Pendant une heure et demi, il partage avec ses 17.000 abonnés son expérience. Ses messages, à la fois, drôles, désespérés et désabusés, ont depuis été retweetés plus de 2000 fois pour certains.

"Vous connaissez cette règle à l'université qui dit que si le professeur a plus de 15 minutes de retard, le cours est annulé? Est-ce que le contraire s'applique également?", commence-t-il en publiant une photo des bancs vides.

"Compte-rendu du cours 2017", poste-t-il 30 minutes plus tard. "Toujours pas d'élèves. Je pensais que quelqu'un venait mais c'était juste un membre de l'administration. Qui s'est moqué de moi."

Puis, les doutes viennent, et avec eux, les premières réflexions paranoïaques. "Cinq minutes de plus viennent de passer. Je commence à douter de moi-même. Est-ce que je leur ai dit qu'il n'y avait pas cours? Est-ce que nous sommes bien jeudi? Est-ce que je rêve?". "C'est tellement calme. Chaque fois que j'entends une porte s'ouvrir, je m'assieds et je souris. Mais quand personne ne rentre dans ma salle, je meurs à l'intérieur."

Et plus l'heure passe, moins ça s'arrange. "Le cours a commencé il y a 45 minutes. Toujours pas d'étudiants. Je deviens paranoïaque. Est-ce que la porte de la classe est fermée à clé? Je vérifie. Non."

"Est-ce que le monde entier est mort? Y-a-t-il eu une soudaine attaque de zombie et j'ai survécu, seul dans ma salle de cours?" "Je jure sur tout ce qui est saint que si aucun élève ne se montre avant la fin de l'heure, je m'arrête là pour aujourd'hui."

Après presque une heure à se tourner les pouces, l'imagination de l'écrivain reprend le dessus sur le professeur. "Un oiseau vient de se poser près de la fenêtre. Je lui ai proposé d'apprendre les mathématiques. Il a refusé et s'est envolé. J'espère qu'un chat le mangera", écrit-il, avant d'aller plus loin. "J'imagine un scénario à la Rube Goldberg où tous mes étudiants ont eu un accident de voiture complexe et que c'est la raison de leur retard", poste-t-il ensuite, en faisant allusion au scénariste et dessinateur américain, connu pour ses machines complexes effectuant des tâches simples de la façon la plus compliquée et confuse possible.

Et le retour de la remise en question: "Je regarde mes emails pour voir si j'ai raté quelque chose. Je n'ai aucun email. C'est étrange. Est-ce que je suis mort? Est-ce que je suis en enfer?". Et de la paranoïa. "Ça fait une heure. Est-ce qu'il y a un tireur dehors, qui retient tout le monde en otage et les empêche de venir? Je vérifie. Non."

Et c'est à ce moment que ses élèves, s'ils lisaient ses tweets, auraient commencé à avoir des remords. "Ma feuille de présence est aussi vide que mon esprit à cet instant. Je vais devoir manger ces bonbons tout seul". Car visiblement, Adam Avitable avait amené des confiseries pour ses étudiants.

"Peut-être que je devrais simplement commencer à lire. Les élèves m'entendraient et viendraient. Ce n'est pas complètement fou n'est-ce pas? N'est-ce pas?!", poste-t-il avant de s'énerver. "Je jure devant Dieu que si quelqu'un est en train de me faire une blague je vais probablement fondre en larmes."

Sans aucun mouvement dans la salle, les lumières automatiques s'éteignent. "J'entends des voix dehors. Je vais à la fenêtre, le cœur rempli d'espoir. Ce sont juste des enfants sur leurs vélos, qui s'amusent. "Pourquoi n'êtes-vous pas à l'école? Votre professeur a besoin de vous!" leur ai-je crié à travers la fenêtre fermée, en leur faisant un doigt d'honneur."

"J'ai commencé à donner des noms aux chaises de ma salle. Funfetti est un bon élève. Charmander, c'est l'élément perturbateur."

"J'ai envoyé un email à mon directeur. 'Où sont passés tous les élèves?!' Pas de réponse."

"Et puis, c'est arrivé. J'ai entendu le bruit métallique d'une porte qui s'ouvre. Les pas deviennent de plus en plus sonores alors que quelqu'un approche. Est-ce que ça pourrait être vrai? Un élève? Avec 90 minutes de retard? En fait non."

"Allez. J'abandonne. Je range mes affaires et je rentre chez moi. Clairement, c'est un signe que je ne devais enseigner à personne aujourd'hui."

C'est à cet instant que deux élèves pénètrent dans la salle. "Sans remord, sans excuse, sans explication. J'espère qu'il ne pensent pas que je vais leur donner des bonbons", s'agace-t-il. Mais il cède néanmoins. "Je ne peux pas le faire. Je leur ai donné des bonbons mais je leur ai rappelé que le cours a commencé il y a 95 minutes. Ils ont haussé les épaules. Comme une brutale envie de meurtre en moi", publie le comédien qui conclut: "Les deux étudiants me demandent s'ils pouvaient utiliser l'ordinateur aujourd'hui. Je soupire et j'acquiesce. Je n'ai même plus besoin d'être là. Fin de transmission."

Samedi 21 janvier, Adam Heath Avitable a publié sur Twitter une lettre qu'il dit avoir reçu d'un de ses étudiants. Pour justifier son absence, ce dernier évoque le plus sérieusement du monde "un météore géant", dans un scénario digne d'Adam Heath lui-même. Les conseils du professeur ne sont donc peut-être pas tombés dans l'oreille d'un sourd.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.