L'administration pénitentiaire veut requinquer les prisons

Publication: Mis à jour:
JAIL
Prisons surpeuplées: l'administration pénitentiaire réagit | shutterstock
Imprimer

JUSTICE - Suite au rapport accablant de l’Observatoire marocain des prisons, l’administration pénitentiaire était tenue de réagir rapidement. C’est chose faite depuis la publication du communiqué signé de la Délégation générale à l'administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR).

Cette dernière "s’est dite parfaitement conscience de la problématique du surpeuplement que connaissent certains établissements pénitentiaires, attribuée à la hausse du nombre des détenus provisoires", soulignant qu’elle œuvre actuellement à la réalisation "d'un programme ambitieux et intégré pour augmenter la capacité d’accueil des prisons".

Selon le communiqué, ce programme prévoit "l’ouverture de nouveaux établissements pénitentiaires selon des standards modernes à même de garantir la mise en application de l’approche sécuritaire et de réinsertion de la délégation, outre la réalisation des travaux de réaménagement nécessaires dans certaines prisons en vue d’assurer des places supplémentaires afin d’atténuer le surpeuplement".

Plus cocasse, la direction informe avoir confié "l’alimentation des détenus à des entreprises spécialisées afin de préparer des repas sains et équilibrés, tout en veillant sur la qualité", ajoutant qu’elle a augmenté le budget consacré à l’alimentation des détenus afin "d’améliorer la ration journalière de chaque détenu".

Pas de maltraitance de détenus

Mais l’institution n’a pas fait que réagir au rapport de l’Observatoire des prisons. Depuis quelques jours circulent dans les médias sociaux des photos de prisonniers qui, selon certaines pages Facebook, serait ceux des "militants du PJD inculpés pour apologie du terrorisme".

Les photos montrent des détenus et des cellules en piteux état. Chose que l’administration pénitentiaire a réfuté, affirmant n’avoir "reçu aucune plainte, ni du CNDH ni des associations, dont l’Observatoire marocain des prisons".

LIRE AUSSI: