Huffpost Algeria mg

Primaire de gauche française: Benoît Hamon en tête avec 36,21%, devant Manuel Valls (31,19%)

Publication: Mis à jour:
FRANCE
PARIS, FRANCE - JANUARY 22: Benoit Hamon delivers a speech after winning left-wing primary's first round ahead of the French 2017 presidential election at Peniche Le Quai on the Seine river on January 22, 2017 in Paris, France. (Photo by Jean Catuffe/Getty Images) | Jean Catuffe via Getty Images
Imprimer

Benoît Hamon est arrivé en tête dimanche soir du premier tour de la primaire organisée par le PS et aborde le second avec un net avantage face à Manuel Valls, grâce au soutien apporté par Arnaud Montebourg, troisième homme comme en 2011.

En fin de soirée, sur quelque 1,33 million de bulletins dépouillés, Benoît Hamon arrivait en tête avec 36,3% des voix, suivi de Manuel Valls avec 31,1%, l'ancien ministre de l'Education creusant davantage l'écart au fur et à mesure de la soirée. Suivent Arnaud Montebourg, avec 17,5% des suffrages, puis Vincent Peillon (6,8%).

Les trois candidats issus des partis partenaires du PS pour cette primaire ferment la marche, avec 3,8% pour François de Rugy (Parti écologiste), 2% pour Sylvia Pinel (PRG) et 1% pour Jean-Luc Bennahmias (UDE).

Le bon score de la gauche du Parti socialiste dimanche (près de 55% des voix) et la mise en minorité de la ligne politique et économique du quinquennat incarnée par Manuel Valls, s'ils se confirment dimanche prochain, pourraient faire les affaires d'Emmanuel Macron.

"On voit bien qu'il y a une grande partie du PS qui ne peut pas se retrouver dans la ligne politique de Benoît Hamon, ni dans l'autoritarisme de Manuel Valls", résume un député soutien de M. Macron. "Cela fait déjà beaucoup d'orphelins... mais nous sommes généreux", ironise-t-il en anticipant de futurs ralliements.

M. Valls a aussitôt fait monter la pression sur les enjeux du second tour: le choix est "très clair" entre la "défaite assurée" avec M. Hamon et "la victoire possible" avec lui, ou encore entre les "promesses irréalisables et la gauche crédible".

Valls et Hamon: deux programmes contrastés

Revenu universel, loi travail, contraintes budgétaires européennes, laïcité et droit d'asile, institutions, impôts, écologie, cannabis... Benoît Hamon et Manuel Valls s'opposent, ou du moins se différencient, sur de nombreux points.

- Revenu universel: le clivage -

Benoît Hamon en a fait l'axe central de sa campagne: un revenu universel versé à tous les citoyens. Il s'agit d'un objectif à long terme. Dans un premier temps, le RSA serait augmenté de 10%, à 600 euros mensuels, et un revenu d'existence versé à tous les jeunes. Puis une "conférence citoyenne" fixerait le périmètre et le calendrier de cette réforme.

Manuel Valls refuse de verser à tous les Français une allocation, au "coût exorbitant", mais propose de leur garantir un minimum décent d'environ 800 euros par mois: ceux dont les revenus n'atteindraient pas cette somme recevraient une allocation, assez proche dans son esprit de l'actuel RSA.

- Le sort de la loi travail -

Manuel Valls continue à défendre comme "une avancée" la loi travail qu'il avait fait voter aux forceps lorsqu'il était Premier ministre.

Benoît Hamon, qui s'était opposé à ce texte à l'Assemblée, entend l'abroger pour en particulier rétablir "la hiérarchie des normes": le code du travail doit selon lui primer sur les accords de branche ou d'entreprise.

- Budget: respecter ou non les 3% -

Benoît Hamon refuse de devoir maintenir le déficit budgétaire dans la limite de 3% du PIB inscrite dans le traité de Maastricht, inatteignable "dès lors qu'il faut procéder à des investissements importants".

Manuel Valls veut "maintenir le déficit juste sous la barre des 3%" mais "sans chercher à le réduire davantage".

- Impôts: priorités différentes -

Pour favoriser le pouvoir d'achat, Manuel Valls veut rétablir -en la plafonnant- une mesure adoptée par la droite puis supprimée par la gauche: la défiscalisation des heures supplémentaires. Il promet de rétablir l'avantage fiscal (la demi-part) dont bénéficiaient les veuves et veufs ayant élevé des enfants, qu'avait supprimé la droite et que la gauche n'avait pas rétabli.

Benoît Hamon défend la fusion de la CSG et de l'impôt sur le revenu, estimant que cela introduirait plus de justice fiscale. Il propose aussi de fusionner l'impôt de solidarité sur la fortune et la taxe foncière. Il veut enfin faire payer des cotisations sociales aux employeurs remplaçant des salariés par des robots.

- Ecologie: question de dosage -

A l'horizon 2025, sortie du diesel grâce à la fin de l'avantage fiscal et 50% d'énergies renouvelables, et au fil du temps, fermeture des centrales nucléaires en fin de vie: Benoît Hamon insiste sur ses engagements écologistes.

Manuel Valls se montre plus prudent, parlant simplement "d'accélérer la convergence des fiscalités essence et diesel", mais réaffirme que la part du nucléaire dans la production d'électricité passera de 75% à 50% d'ici 2025. Et face à Donald Trump, il veut instaurer une taxe carbone sur les produits américains si l'accord de la COP 21 était remis en cause.

- Laïcité et asile -

Manuel Valls veut intégrer dans la Constitution une charte de la laïcité "qui lutte contre tous les communautarismes sans jamais pointer du doigt tel ou tel pour sa croyance". Il assume et veut poursuivre la politique migratoire menée à Matignon, appelant à "ne pas confondre droit d'asile et migration".

Benoît Hamon se veut "beaucoup plus généreux en matière de droit d'asile" et appelle de ses voeux des "accommodements qui dans le respect de la laïcité et des principes de la République permettront à l'islam en France de trouver une place semblable à celle des autres religions".

- Ve ou VIe République -

Benoît Hamon veut aller vers une VIe République par une série de réformes: référendum d'initiative populaire permettant d'abroger une loi, septennat non renouvelable, tirage au sort d'une partie des sénateurs, reconnaissance du vote blanc, introduction d'une dose de proportionnelle pour l'élection des députés...

Manuel Valls n'entend pas changer de régime politique, mais promet d'instaurer une consultation citoyenne avant le vote des lois.

Les deux hommes veulent réduire à trois le nombre de mandats électifs successifs, et limiter aux textes budgétaires le recours à l'article 49.3 de la Constitution (adoption d'un texte sans vote), auquel Manuel Valls avait pourtant recouru à la tête du gouvernement.

- Cannabis : l'opposition -

Benoît Hamon prône la légalisation de l'usage du cannabis, pour "tuer les trafics".

Manuel Valls refuse une telle libéralisation qui n'empêcherait pas selon lui les trafics de continuer.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.