Huffpost Algeria mg

Installation de la HIISE: entre soutien et réserves des partis politiques

Publication: Mis à jour:
HIISE
APS
Imprimer

C'est parti le compte à rebours pour les élections législatives du printemps prochain a commencé. Avec l'installation de la Haute instance indépendante de surveillance des élections (HIISE), les préparatifs des législatives vont s'accélérer.

Cette haute instance prévue par le dernier amendement de la constitution, est en théorie, l'instance passible de garantir la transparence et l’honnêteté des élections. Cependant les partis politiques, premiers concernés par cette installation, ne sont pas tous rassurés.

Si certains partis politiques ont salué la mise en place de HIISE, d'autres sont restés sceptiques. La HIISE est-elle un vrai "gage pour la probité et la transparence des élections?

Rien n'est moins certains. Au moment où des partis ont salué l'installation de la HIISE d'autres partis ont réitéré leur appel à la mise en place d'une commission indépendante chargée d'organiser les élections.

Le secrétaire général du parti Front de libération nationale (FLN), Djamel Ould Abbes, s'est "félicité" dans une déclaration à l'APS, de la mise en place de la HIISE, relevant qu'il s'agit de la concrétisation d'une des propositions de son parti lors des consultations sur la révision constitutionnelle.

Il a ajouté que "c'est la première fois, depuis l'indépendance du pays, qu'une instance de cette envergure est créée", soulignant qu'elle s'inscrit dans le cadre de "la démocratie apaisée, conformément aux orientations du Président Abdelaziz Bouteflika".

Il a en outre appelé les partis qui ont des réserves sur la HIISE à engager leurs propres représentants durant les élections pour les déployer à travers les bureaux et les centres de vote.

De son côté, le président du Mouvement populaire algérien (MPA), Amara Benyounes a estimé que cette Haute instance marque une "nouvelle étape" et offre une "autre garantie" pour la transparence des élections, faisant observer que la loi électorale confère tous les droits aux partis en matière de surveillance des élections.

Pour le MPA, le plus important c'est d'enregistrer un taux de participation "assez élevé" afin de donner aux élections "davantage de crédibilité".

Pour sa part, le président de Tajamou Amal el Jazair (TAJ), Amar Ghoul, a déclaré que la mise en place de cette Instance est un "pas supplémentaire" dans le processus de surveillance des élections, appelant les partis politiques à "jouer leur rôle pour soutenir la HIISE dans sa mission de surveillance des élections".

Le président du Front El Moustakbel, Abdelaziz Belaid a indiqué que la mise en place de cette Instance s'apparente à un "premier pas pour parvenir véritablement à une démocratie réelle", réitérant par la même occasion l'appel de son parti consistant à créer une commission indépendante chargée de l'organisation des élections et de la proclamation des résultats".

Djelloul Djoudi, dirigeant au Parti des travailleurs (PT) a, en outre, émis des "réserves quant aux capacités de cette Instance à assurer réellement la transparence et la probité des élections", insistant sur "l'importance du prochain rendez-vous électoral sur l'avenir du pays".

"Nous adressons notre appel au président de la République pour qu'il donne plus de garanties concernant la probité des élections afin que la volonté populaire soit respectée", a encore asséné M. Djoudi.

Le secrétaire général d'El Islah, Filali Ghouini, a estimé que "l'Instance est devant une mission délicate voire impossible", ajoutant que "l'Algérie n'a pas d'autres choix que d'organiser des élections transparentes".

Pour sa part, le secrétaire général d'Ennahda, Mohamed Douibi, a estimé que la HIISE a mis les partis politiques "devant le fait accompli", renouvelant par ailleurs son appel pour la mise en place d'une commission indépendante de surveillance des élections.

Le Front des forces Socialistes, principal parti de l'opposition, à prendre part à ces Législatives, ne s'est toujours pas prononcé sur cette installation, dans une autre dynamique, le parti de fue Aît Ahmed a affirmé que sa participation au scrutin revêtait un seul sens: redonner espoir aux Algériens.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.