Les Women's March qui ont marqué l'histoire contemporaine du Maroc

Publication: Mis à jour:
Imprimer

INTERNATIONAL - Une grande "Women's march", la marche des femmes contre Donald Trump se tient actuellement à Washington pour condamner les propos sexistes du nouveau président américain durant sa campagne. Du fait qu'elle soit impulsée par des femmes, cette manifestation prend un sens particulier et rappelle d'autres marches des femmes qui ont marqué l'histoire. Notamment celles organisées par des femmes marocaines pour faire évoluer leurs droits.

marche rabat femmes 2000

Le 12 mars 2000, alors que le roi Mohammed VI est depuis peu sur le trône, une marche des femmes marocaines pour l'égalité des droits est organisée à Rabat. Quelques dizaines de milliers de personnes descendent dans les rues de la capitale pour soutenir le Plan d'intégration de la femme au développement proposé deux ans plus tôt par le gouvernement. Celui-ci a suscité un vif débat entre féministes favorables au plan et conservateurs considérant ce plan comme "imposé par l'Occident". Les progressistes obtiendront gain de cause quatre ans plus tard avec la promulgation d'un code nouveau de la famille (Moudawana) qui élargit les droits des femmes, entré en vigueur le 5 février 2004.

amina filali

Le 17 mars 2012, des centaines de femmes se rendent devant le Parlement à Rabat pour exprimer leur colère suite au suicide de la jeune Amina Filali qui, à l'âge de 15 ans, avait été forcée d'épouser son violeur. Associations féministes, membres de la société civile, ONG et simples citoyennes se mobilisent contre l'article 475 du Code pénal qui permet à un violeur d'échapper à la prison s'il se marie avec sa victime. Elles obtiendront là aussi gain de cause. En janvier 2014, l'article est enfin abrogé, après deux années de bataille politique et juridique.

marche blanche

Le 14 décembre 2013, en plein débat sur le projet de loi sur les violences et discriminations à l'égard des femmes, le collectif Printemps de la dignité organise une marche blanche à Rabat. De nombreuses associations féministes veulent faire entendre leur voix contre un projet de loi qu'elles considèrent incomplet et qui comprend "un certain nombre de contradictions". Sur les banderoles déployées pour l'occasion, on pouvait lire "Non à l'impunité", "Non au mariage des mineures" et "Pour une loi qui me protège du harcèlement sexuel et du viol". Le texte de loi a finalement été adopté par la chambre des représentants en juillet 2016.

manif rabat femmes

Le 24 juin 2014, quelques centaines de femmes descendent dans la rue à Rabat pour dénoncer les propos sexistes du chef du gouvernement et secrétaire général du PJD, Abdelilah Benkirane. Il avait notamment comparé, quelques jours auparavant, les femmes à des "lustres", et loué le "rôle sacré" des femmes au foyer. "Benkirane, dégage!", scandent les manifestantes ayant répondu à l'appel de la Coalition civile pour l’application de l’article 19 de la Constitution, qui garantit l'égalité entre hommes et femmes. "Sa vision rétrograde, nous ne l’accepterons jamais!", avait déclaré Nouzha Skalli, l’ancienne ministre de la Famille.

manif jupe

Le 28 juin 2015, à Rabat et Casablanca, des centaines de Marocaines manifestent sous le slogan: "Mettre une robe n'est pas un crime". Quelques jours auparavant, deux jeunes filles avaient été agressées dans un marché d'Inezgane près d'Agadir, puis poursuivies par la justice pour "outrage à la pudeur" en plein mois de ramadan, suscitant une vague d'indignation sur les réseaux sociaux. Les deux jeunes filles seront finalement innocentées un mois plus tard.