Le pétrole recule, le pétrole de schiste reprend à plein régime

Publication: Mis à jour:
OIL PRICE
Oil price falling concept with oil barrels | AlexLMX via Getty Images
Imprimer

Les prix du pétrole reculaient mercredi en cours d'échanges européens, alors que les extractions de pétrole de schiste reprennent, compensant les baisses de production que l'Organisation des pays exportateurs (Opep) de pétrole s'impose.

Vers 11H20 GMT (12H20 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en février valait 54,83 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 64 cents par rapport à la clôture de mardi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour le contrat de mars cédait 66 cents à 51,82 dollars.

Les cours de l'or noir reculaient pour la deuxième séance consécutive, ayant effacé en fin d'échanges européens mardi leurs gains enregistré en séance.

"Selon les données publiées par l'EIA (Energy Information Administration, antenne du département américain de l'Énergie ou DoE) mardi, les extractions de pétrole de schiste des Etats-Unis devraient augmenter d'un solide 40.000 barils par jour, pour atteindre 4,75 millions de barils par jour en février", ont noté les analystes de Commerzbank.

La production de pétrole de schiste, plus coûteuse que les extractions classiques, connait un regain d'activité depuis que les prix ont grimpé fin 2016.

"Cela va rendre le travail plus difficile pour l'Opep qui cherche à retrouver l'équilibre du marché à travers la limitation de sa production et de celle de ses partenaires", ont ajouté les analystes.

"Les prix n'atteignent cependant pas les plus bas en un mois atteints la semaine dernière. L'Opep dit se tenir à ses promesses de limitation, et les données hebdomadaires de l'EIA sur les réserves américaines, qui seront publiées jeudi, devraient faire état d'une baisse des stocks de brut, ce qui soutient les marchés", a nuancé Michael van Dulken, analyste de Accendo Markets.

Selon un consensus d'analystes compilé par Bloomberg, les réserves américaines arrêtées au 13 janvier sont attendues en baisse de 1 million de barils pour le brut, en hausse de 2,25 millions de barils pour l'essence et en hausse de 250.000 barils pour les produits distillés.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.