Huffpost Tunisie mg

Ain Drahem n'aime pas la neige: Le calvaire des habitants n'est pas fini

Publication: Mis à jour:
NEIGE AIN DRAHEM
Facebook/Samir Abdelmoumen
Imprimer
En pleine tempête de neige, la petite Hager a ouvert les yeux pour la première fois, lundi 16 janvier 2017. “C'était un accouchement au bout de la rue où se trouve l'hôpital,” relate le médecin Samir Abdelmoumen, médecin urgentiste. “Le bébé Hager, encore liée à sa maman par le cordon ombilical, a glissée et est tombée sur la neige. Elle était bleue” a-t-il noté dans un post publié sur sa page Facebook.

“J'ai eu la peur de ma vie”,a-t-il renchéri.

Aux moyens et des équipements modestes de l’hôpital de Aïn Drahem, s’ajoutent des conditions climatiques assez exceptionnelles laissant la mission de l’équipe médicale se compliquer encore plus, explique le médecin urgentiste. “On a frôlé la catastrophe”, a-t-il noté.

Intervenant sur les ondes de Mosaïque Fm, Dr Abdelmoumen a annoncé la naissance, dans la soirée du mardi, de trois autres bébés dans ces conditions difficiles. “Il nous a fallu près de quatre heures pour pouvoir dégager la route envahie par la neige et délivrer une jeune maman,”a-t-il indiqué en précisant qu’une dizaine d’accouchements ont eu lieu, en tout, depuis la tombée de la neige à Aïn Drahem. Le médecin a noté, par ailleurs, plusieurs cas d'intoxication au monoxyde de carbone. Il a fait savoir, d’autre part, que l’épaisseur de la neige dans la région a dépassé un mètre et demi. “La nuit dernière était la plus dure. C’est la nuit où il a neigé le plus,”a-t-il noté, comme en témoignent ces photos.

S’agissant des malades dialysés, Dr Abdelmoumen a expliqué que ces derniers ont été appelés depuis quelques jours, avant la dégradation de la situation climatique, à rejoindre le centre de dialyse de Tabarka. Il a indiqué que l’hôpital détient une liste complète des noms des patients ayant besoin de faire la dialyse. “Tout a été mis en place pour traiter ces patients et leur fournir les moyens nécessaires pour leur hospitalisation jusqu’à la fin de la vague du froid,” a-t-il dit en adressant un clin d’oeil aux forces militaires et aux autorités responsables pour leurs efforts. Il a lancé un appel aux dons au profit de l’hôpital notamment des couvertures, des couettes et des couches pour bébés.

Ceci n'est qu'un exemple parmi d'autres qui dévoile “le calvaire” et la souffrance des habitants des régions du nord-ouest durant ces derniers jours. Même les visiteurs ont eu leur part de cette épreuve en se trouvant pris au piège pour plusieurs heures, coincés dans leurs voitures dans le froid.

Un communiqué du ministère de l’Intérieur, publié ce matin, a signalé que plusieurs routes demeurent fermées à la circulation dans le gouvernorat de Jendouba.

Le communiqué appelle les citoyens qui projettent de se déplacer à Ain Drahem dans les prochains jours à être vigilants et à consulter la météo plus souvent.

Plus au sud, les chutes de neige ont entraîné d'importantes difficultés de circulation dans les gouvernorats du Kef, de Siliana et de Kasserine.

Cette vidéo publiée, mardi, par Mosaïque Fm dévoile la souffrance des habitants de Thala. “C’est honteux! L'électricité a été coupée à plusieurs reprises. Nous n’avons plus de pain (...) et nos maisons risquent de s’effondrer,” témoigne un habitant.

LIRE AUSSI: Le Kef: La route coupée par la neige, cet agent de la garde nationale porte cette dame âgée sur son dos sur plus d'un kilomètre

Le capitaine, Taoufik Yaâkoubi, a assuré, à Mosaïque Fm, que les unités de la protection civile et les agents forestiers ont été mobilisés pour déneiger les routes bloquées à Ghardimaou. Il a ajouté que la commission locale de lutte contre les catastrophes a fait de nombreuses interventions pour transporter des patients à l’hôpital local de Ghardimaou.

Notons que des réunions de crise présidées par le Chef du gouvernement ont été organisées en début de semaines. Des ministres se sont rendus ce lundi sur les lieux pour suivre l’évolution de la situation, et superviser les opérations d’évacuation.
De nombreuses initiatives d’appel aux dons, menées par des associations et des personnes de la société civile ont été lancées pour soutenir les habitants de ces régions et les aider à faire face au froid.

LIRE AUSSI: Ces Tunisiens ont besoin de vos dons de vêtements. Voici comment procéder

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.