Zero Mika: Moulay Hafid Elalamy dresse un bilan "encourageant"

Publication: Mis à jour:
ELALAMY
Les sacs en plastique "quasiment éradiqués" du Maroc selon MHE | DR
Imprimer

PLASTIQUE - Six mois après l'entrée en vigueur de la loi interdisant la fabrication, l’importation, l’exportation, la commercialisation et l’utilisation des sacs en plastique, un premier bilan a été présenté lundi soir, à Casablanca par Moulay Hafid Elalamy.

Selon le ministre de l'Industrie, du commerce, de l'investissement et de l'économie numérique, des "résultats encourageants" ont été enregistrés durant les six premiers mois de l'opération.

"C’est un projet national qui nous mobilise tous et dont l’enjeu mérite notre volonté collective", a affirmé Elalamy en conférence de presse. Selon lui, depuis l'entrée en vigueur de la dite loi, l'utilisation des sacs plastiques a été considérablement réduite.

"Elle est quasiment éradiquée dans le commerce moderne et le recours aux produits alternatifs a connu une hausse remarquable au niveau des commerces de proximité", a-t-il affirmé.

Des PV et des contrôles

Si cette baisse de l'usage des sacs plastiques a été rendue possible, c'est grâce aux "opérations de contrôle efficaces menées au niveau local, dans les unités de production, aux points de vente et aux frontières", a fait savoir le ministre.

Selon lui, 1.536 opérations de contrôle de la production ont été réalisées pendant cette période. 20 PV d'infraction ont également été transmis aux procureurs du roi.

Pour ce qui est des marchés, 9.077 infractions ont été relevées au niveau des 261.855 points de vente contrôlés. 1.076 PV d’infraction ont réallisés. Au niveau des frontières,19 tonnes de sacs plastiques ont été saisis, selon le ministre.

Au total, ce sont 139 jugements qui ont été prononcés avec des amendes d’un montant total de 2,76 millions de dirhams.

6.800 tonnes de sacs collectées

MHE a également fait savoir que les opérations de ramassage et d'élimination des sacs en plastique, menées par ministère de l’Intérieur, ont permis la collecte de plus de 6.800 tonnes de sacs plastiques. Ces derniers ont été incinérés dans des fours de cimenteries, en collaboration avec l'Association professionnelle des cimentiers.

La capacité de production annuelle des produits de substitution est, elle, estimée à 4,6 milliards de sacs en papier, 100 millions de sacs tissés et 120 millions de sacs non tissés.

Un fonds de 200 millions de dirhams a été mis en place par le département de l'Industrie pour accompagner les opérateurs impactés par la loi, a-t-il rappelé. 72 entreprises ont répondu à l’appel à manifestation d’intérêt lancé dans ce sens en mai dernier. Selon Elalamy, elles sont éligibles pour bénéficier de l'appui du fonds.

Ce dernier s’adresse aussi bien aux entreprises réalisant plus de 30% de leur chiffre d’affaires dans la production de sacs interdits par la loi, à celles produisant des sacs non interdits de fabrication et souhaitant s’engager dans un processus de mise en conformité de leurs unités par rapport aux nouvelles exigences normatives.

Les entreprises dont l’activité de production de sacs en plastique représente moins de 30% de leur chiffre d’affaires peuvent également en bénéficier.

La loi n°77-15 interdisant la fabrication, l'importation, l'exportation, la commercialisation et l'utilisation des sacs en plastique, adoptée en novembre 2015 par les deux chambres du parlement, est entrée en vigueur le 1er juillet 2016. Certains sacs en plastique, comme les sacs de récolte d'ordures ou ceux à usage agricole et industriel continuent de circuler.

LIRE AUSSI: