Ali Benhadj interdit de quitter la capitale et de toute autre activité

Publication: Mis à jour:
BENHADJ
DR
Imprimer

Ali Benhadj serait interdit de toute activité publique et aussi interdit de quitter la capitale Alger. C'est ce que rapporte ce matin, le quotidien arabophone El Khabar sur sa Une.

Selon la même source, qui affirme détenir une copie du document daté du 18 décembre et classé "confidentiel", cette instruction a été transmise par le directeur de cabinet de la présidence, Ahmed Ouyahia, aux chefs de la police et de la gendarmerie nationales.

Le journal précise qu'il s'agit d'une instruction écrite du président Bouteflika exhortant les responsables suscités à mettre fin aux activités de l’ex-numéro deux du parti islamiste dissous.

Selon la même source, la présidence de la République estime que Ali Benhadj profite de sa présence dans diverses occasions pour se livrer à des activités politiques à travers tout le pays.

LIRE AUSSI: Ali Benhadj "interdit de se rendre à la mosquée le vendredi" : la LADDH dénonce une atteinte aux droits d'un citoyen

Ali Benhadj et Abassi Madani ont été interdit de toute activité politique depuis leur libération en juillet 2003 après avoir purgé une peine de 12 ans de prison pour "atteinte à la sûreté de l'État".

Les deux hommes étaient tenus de respecter "l'interdiction de tenir réunion, de créer une association à des fins politiques, culturelles, caritatives ou religieuses, de s'affilier ou d'activer au sein des partis politiques, ou de toute autre association civile culturelle, sociale, religieuse ou autre, en qualité de membre de dirigeant ou de sympathisant", selon le communiqué du procureur du tribunal militaire de Blida publié à l'époque.

Ils ne devaient pas davantage prendre la parole ou "participer à toute manifestation politique, sociale, culturelle ou religieuse".

Ils devaient également s'abstenir de "tout acte de nature à traduire une prise de position politique", et étaient également interdit de voter ou d'être candidats "à une quelconque élection".

Mis à part l'interdit de mosquée signifiée à Ali Benhadj en décembre 2015, ces interdits, n'ont jamais été scrupuleusement respectés.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.