Huffpost Tunisie mg

Mehdi Jomaâ dans une interview exclusive à Al Watania: "J'ai choisi ma voie politique!"

Publication: Mis à jour:
MEHDI JOMAA
REUTERS/Thomas Peter
Imprimer

La première chaîne nationale, Al Watania 1, a organisé, hier, un plateau spécial dédié à la sixième commémoration des événements du 14 janvier. Plusieurs acteurs politiques ont été conviés à ce plateau dont l’ancien chef du gouvernement, Mehdi Jomaâ.

Mehdi Jomaâ, qui n’a pas occupé une très grande place médiatique depuis sont départ du palais de la Kasbah, a choisi cette date symbolique pour faire son apparition.

Déplorant l’état des lieux actuel, Mehdi Jomaâ a expliqué que si l’on peut toujours continuer de parler d’un grand rêve, personne ne peut parler d’un grand changement dans le quotidien des Tunisiens; pour lui, le peuple continue, six ans après la révolution, d’avoir des peurs, bien fondées par ailleurs, pour son avenir qui demeure incertain.

Affirmant avoir fait beaucoup de déplacements à l’intérieur du pays, l’ancien chef du gouvernement a insisté sur les promesses non-tenues des partis politiques qui ont fait en sorte que les inquiétudes des citoyens se multiplient.

Questionné sur le gouvernement actuel et l’éventualité d’un remaniement ministériel, Mehdi Jomaâ a catégoriquement rejeté l’idée en expliquant que, aujourd’hui, l’équipe gouvernementale a besoin d’être soutenue par des propositions, des programmes et des stratégies afin qu’elle puisse mener à bien sa mission. Toutefois, Jomaâ a exprimé son étonnement face aux bruits qui lui parviennent et qui font état d’une manière de faire très bizarre ; il a évoqué les remaniements ministériels dont les préparations se font dans des salons de thé.

Rappelant les conditions bien particulières dans lesquelles avait travaillé son équipe – une équipe formée et nommée suite à de grandes perturbations dans le pays suite à l’assassinat de Mohamed Brahmi au cours de l’été 2013 – Mehdi Jomaâ a annoncé qu’au cours de son mandat, il avait reçu une proposition pour que les terroristes rentrent au pays et qu’il l’avait refusée. Face au débat actuel sur cette question, l’ancien chef du gouvernement a déclaré que tout terroriste, qu’il se trouve à l’intérieur ou à l’extérieur du pays, représente une menace pour la sécurité nationale. Pour lui, la tolérance zéro est exigée dans le traitement avec ces individus.

Revenant à sa situation politique actuelle, Mehdi Jomaâ a annoncé, à demi-mot, avoir pris la décision de revenir sur la scène nationale avec son initiative "Tunisie alternatives". Niant toute intention d’aller vers des coalitions, dont, entre autres, celle de Mohsen Marzouk et de Slim Riahi, Mehdi Jomaâ a déclaré avoir choisi sa propre voie politique.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.