Ghardaïa: une vingtaine de monuments historiques réhabilités dans le M'Zab

Publication: Mis à jour:
LE MZAB
ALGERIA - MARCH 5: View of Bou Noura, M'Zab Valley (UNESCO World Heritage List, 1982), Algeria. (Photo by DeAgostini/Getty Images) | DEA / C. SAPPA via Getty Images
Imprimer

Pas moins de dix-huit monuments historiques ancestraux affectés par les aléas du temps ont été restaurés, réhabilités et revalorisés dans la vallée du M’Zab (Ghardaïa), a appris l'Agence de presse algérienne (APS) auprès de l’Office de protection et de promotion de la vallée (OPVM).

Cette opération de revitalisation du patrimoine architectural atypique du M’Zab a été lancée fin 2015, après élaboration d'études spécialisées pour la réhabilitation de ces biens culturels et redonner à ce riche patrimoine architectural à forte symbole historique son éclat d’antan et améliorer par conséquent les conditions de vie de ses habitants, a expliqué à l’APS le directeur de l’OPVM.

Cette action a touché des monuments des cinq Ksour existant dans la vallée du M’Zab (Ben Izgen, Bounoura, El Ateuf, Melika et Ghardaïa), construits selon les techniques ancestrales en terre sèche, qui ont connu un processus de dégradation affectant son cadre architectural, a détaillé Younes Babanedjar.

Concernant le Ksar de Beni Izgen, fondé en 1347, l’opération a ciblé l’ensemble des ouvrages "défensifs" du Ksar avec sa muraille de 1.525 mètres, ses petites ouvertures sur l’extérieur et ses tours de guets et les deux portes principales, Bab El Gharbi et Bab El Charki, ainsi que l’espace de prière à ciel ouvert, Cheikh Ba El Hadj.

S’agissant du Ksar d’El Ateuf, fondé en 1012, les travaux de restauration ont ciblé les espaces de prières Sidi Brahim et Oukheira, ainsi que la porte Bab Sidi Brahim, la Mosquée El Atik, l’espace de prière du Mausolée du Cheikh Badahmene et les portes Bab Chergui (Est) avec ses remparts et Bab El Bazar du Ksar de Bounoura, réalisé en 1046, ainsi que les portes Bab Amidoul, Bab Ben Trache, Bab El Argoub et le mausolée de Hadj Messaoud du Ksra de Melika crée en 1350.

Ces actions de réhabilitation et de revalorisation du patrimoine culturel et architectural ont également concerné, pour le Ksar de Ghardaïa, crée en 1048, les espaces de prière de Ami Said El Djerbi, Baba Ouldjemma et la mosquée de Beni Merzoug , ainsi que les portes Bab Salmou Isaa et Bab Houacha, a-t-il fait savoir.

Ces monuments historiques qui témoignent du rôle social et économique que jouait ce patrimoine culturel depuis des siècles, ont été restaurés par des maitres artisans locaux détenteurs d'un savoir-faire légué de génération en génération en matière de restauration du patrimoine en utilisant des matériaux de construction traditionnels confectionnés suivant des méthodes et techniques ancestrales alliant mortier de chaux, plâtre fabriqué traditionnellement, pierres, argile ainsi que les troncs de palmiers, utilisés comme poutrelles.

Cette opération a permis de redonner à ces monuments leur beauté, ternie par l’usure du temps, et de renforcer la vocation touristique nationale et internationale de la pentapole du M’Zab, célèbre par l’harmonie de son architecture authentique, a indiqué M. Babanedjar.

La pentapole du M’Zab, composée de cinq Ksour, villes-forteresses qui regorgent de splendeurs et de trésors avec des bâtis traditionnels considérés comme des chefs d’£uvre architecturaux uniques ingénieusement construits par les premiers habitants de la région tout au long de la vallée, a été classé patrimoine mondial par l’UNESCO en 1982 avant d’être érigé en "secteur sauvegarde" en 2005.

Abritées derrière les remparts qui les protègent, les villes de la vallée du M'Zab apparaissent aux visiteurs comme de véritables masses compactes se fondant dans le paysage alentour. Tranchant avec les excroissances des autres villes algériennes, "les villes du M'Zab procèdent d'une extension raisonnée. Ce sont des ksour en ordre serré. Elles se développent selon des arcs concentriques autour de la mosquée.

Les rues entourent plusieurs circonvolutions concentriques la partie centrale du ksar. Elles sont néanmoins, des rues perpendiculaires descendantes". Un génie qui fera dire au célèbre architecte français Le Corbusier "à chaque fois que je me trouve à cours d'inspiration, je prends mon billet pour le M'Zab."

Les cités traditionnelles du M'Zab demeurent une part du patrimoine de l'humanité, inspirant architectes, poètes et artistes.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.