Huffpost Algeria mg

Le pétrole recule, les marchés doutent des limitations de production

Publication: Mis à jour:
OIL PRICE
Businessman draws the graph of oil price fall. Abstract image with a wooden puppet | a-poselenov via Getty Images
Imprimer

Les prix du pétrole reculaient vendredi en cours d'échanges européens, mettant un terme à la hausse des deux dernières séances malgré l'annonce de réduction des productions saoudienne et russe ainsi qu'une hausse des importations chinoises.

Vers 11H15 GMT (12H15 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mars valait 55,45 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 56 cents par rapport à la clôture de jeudi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour le contrat de février reculait de 55 cents à 52,46 dollars.

Malgré les annonces de pays producteurs qui s'évertuent à convaincre les marchés qu'ils limitent leur production, les cours de l'or noir repartaient à la baisse vendredi, effaçant une partie du rebond entamé mercredi et inscrivant les prix en baisse sur la semaine.

"Les prix étaient partis en hausse vendredi matin alors que l'Arabie Saoudite et la Russie ont à nouveau affirmé limiter leurs extractions dans un effort de réduction de la surproduction mondiale, mais les acteurs du marché auraient besoin de preuves concrètes que la production mondiale recule pour que la hausse se maintienne", a expliqué Lukman Otunuga, analyste chez FXTM.

Certains membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), qui mènent l'effort de limitation de la production, étaient réunis à Abu Dhabi jeudi.

"Le ministre de l'Energie de l'Arabie Saoudite, Khaled al-Faleh, a indiqué que le royaume produit actuellement moins de 10 millions de barils par jour, son plus bas niveau d'extraction depuis 22 mois et en deçà de son objectif de 10,06 millions de barils par jour", ont commenté les analystes de JBC Energy.

Son homologue russe, Alexandre Novak, a pour sa part annoncé aux agences russes que la production nationale avait été réduite plus que prévu, sans citer de chiffres.

"Par ailleurs, les importations chinoises de brut ont atteint un plus haut historique à 8,6 millions de barils par jour en décembre, soit une hausse de 10% par rapport au même mois en 2015", ont souligné les analystes de JBC.

"Il faut désormais se préparer à une nouvelle série d'annonces à la presse en fin de semaine prochaine, car les pays de l'Opep et la Russie, en charge de surveiller l'application de l'accord de limitation de la production, vont se réunir à Vienne", a prévenu Olivier Jakob, analyste chez Petromatrix.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.