L'iPhone d'Apple fête ses 10 ans

Publication: Mis à jour:
Imprimer

Le 9 janvier 2007 lors du MacWorld 2007 à San Francisco, Steve Jobs, un des deux fondateurs d’Apple, fait la présentation d’un curieux téléphone mobile intelligent qui ne supportait pas la 3G et ne disposait ni d’un clavier physique, ni de stylet pour son écran tactile.

Il s’agissait du premier exemplaire de l’iPhone, un Smartphone qui fête cette année son dixième anniversaire. Une décennie pendant laquelle le terminal s’est imposé comme le compagnon indispensable des utilisateurs adeptes de l’Internet mobile et, en dépit des "rires" de certains patrons d’entreprises comme Motorola, Nokia, Microsoft et BlackBerry, qui prédisaient la disparition de cet appareil à court terme, l’iPhone a non seulement eu de beaux jours depuis le jour de sa naissance, mais son introduction dans le marché de la téléphonie mobile a complètement réinventé l’industrie des téléphones mobiles que tous les autres acteurs ont suivi par la suite.

L’ancien CEO de Microsoft, Steve Ballmer avait même indiqué que l’iPhone n’avait aucune chance d’obtenir une part de marché significative, lui prédisant tout au plus d’être un produit de niche, annonçant par la même occasion que Microsoft allait dominer le marché des Smartphones en lançant un système d’exploitation mobile.

L’ancien patron de Microsoft s’est finalement trompé sur toute la ligne. Puisqu’au troisième trimestre de l’année 2016, l’iPhone avait une part de marché mondiale de 11,5% alors que Windows Phone n’a pas dépassé les 0.4%. Dans le même contexte, Jim Balsillie, alors grand patron du fabricant de BlackBerry Research In Motion (RIM), avait affirmé que le lancement du premier téléphone mobile à clavier virtuel ne constituait aucunement un changement radical pour l’industrie des terminaux mobiles.

Pour lui, Apple voulait entrer dans un espace déjà dominé par plusieurs compagnies et ne constituait pas une menace pour BlackBerry.

Dix années plus tard, RIM a cessé de fabriquer des téléphones portables. Nokia, leader mondial des fabricants des terminaux mobiles à l’époque, avait pour sa part bien accueilli l’arrivée de l’iPhone sur le marché. Son directeur général de l’époque Olli-Pekka Kallasvuo avait affirmé que l’iPhone ne va aucunement "nous obliger à ouvrir nos terminaux à d’autres systèmes d’exploitation ou à changer notre approche commerciale". Trois années plus tard, soit 2010, il est remplacé par Stephen Elop qui signera un an après l’acte de vente de Nokia à Microsoft.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.