Huffpost Tunisie mg

Situation sociale en Tunisie: Entre grèves, crises et menaces de licenciement

Publication: Mis à jour:
UGTT
Photo d'illustration | FETHI BELAID/AFP/Getty Images
Imprimer

Le nombre des journées de travail perdues en raison des grèves dans le secteur privé a augmenté de 513% en novembre 2016 par rapport au mois d’octobre 2016 et de 40% par rapport au mois de novembre 2015.

Un rapport du ministère des Affaires sociales sur “la situation sociale en Tunisie au cours du mois de novembre 2016”, explique l’accroissement des journées de travail perdues par l’augmentation du taux de participation aux grèves (94% en novembre 2016 contre 38% en octobre 2016).

Le nombre des journées perdues en raison des grèves dans le secteur privé a atteint 36886 jours en novembre 2016 contre 6014 jours en octobre 2016 et 26361 jours en novembre 2015.

22 grèves observées dont 13 légales dans le secteur privé

Selon le rapport, le secteur privé a enregistré 22 grèves au cours de la même période, soit 84,6% du total des grèves observées dans le secteur privé et public. Le nombre des grèves au cours du mois de novembre 2016 a enregistré une baisse de 4% par rapport au mois d’octobre 2016 et une baisse de 19% par rapport au mois de novembre 2015.

Le nombre d'entreprises concernées par les grèves a baissé en novembre 2016 avec un taux de 11% par rapport au mois d’octobre 2016 et de 86% par rapport au mois de novembre 2015.

S’agissant de la légalité des grèves, le rapport a révélé que 13 grèves légales ont été enregistrées sur un total de 22, soit un taux de 59%. Sur les 22 grèves organisées, dix ont été observées dans des entreprises étrangères, soit un taux de 45%, lit-on de même source.

Le secteur du textile est le plus touché par les grèves dans le secteur privé

Les revendications des grévistes ont trait, notamment, au versement des salaires et à l’amélioration des conditions de travail (41%), la solidarité avec les travailleurs (12%) et l’amélioration des relations professionnelles au sein de l’entreprise (6%).

Les secteurs touchés par les grèves sont les suivants: Textile et habillement, cuir et chaussure (36%), produits chimiques (18%) et bâtiment (14%).

Selon ce document, le gouvernorat de Sfax a enregistré le plus grand nombre de grèves dans le secteur privé (23%) suivi de Monastir, de Ben Arous avec 14% et de Kébili avec 9%.

En 2016, l’augmentation du taux de grèves dans le secteur privé est due, selon la même source, au retard enregistré dans la signature d’un nombre d’avenants relatifs aux conventions collectives sectorielles.

Qu’en est-il du secteur public?

Le nombre de grèves dans les établissements publics à vocation industrielle et commerciale a baissé de 33% en novembre 2016 par rapport à la même période en 2015.

Le nombre des établissements concernés par les grèves a également baissé de 25% par rapport à novembre 2015, selon la même source.

D’après ce rapport, 4 grèves ont été enregistrées dans les établissements publics à vocation industrielle et commerciale, ce qui représente 15,3% de l’ensemble des grèves recensées.

Ces grèves ont concerné la Compagnie des phosphates de Gafsa et le complexe agricole El Khadhra à Sbeitla relevant de l’Office des terres domaniales et de l’Office national de la poste.

Le nombre de journées de travail perdues en baisse dans le secteur public

Le nombre des journées de travail perdues à cause des grèves a baissé de 82% par rapport au mois de novembre 2015.

En contrepartie, le taux de participation aux grèves a augmenté de 57% en novembre 2015 à 66% durant la même période en 2016.

La même source indique que le nombre de grèves le taux des grèves avec préavis a atteint 75%, 3 grèves sur 4 ayant été fait dans la légalité.

Concernant la répartition des grèves selon les secteurs d’activités, les chiffres ont montré que le secteur des services a enregistré le taux le plus élevé de grèves (50%) suivi du secteur des mines et de l’agriculture (25%).

D’autre part, le rapport indique que 6 grèves avec préavis ont été enregistrées dans le secteur de la fonction publique au cours de novembre 2016 contre 2 seulement en novembre 2015.

52 entreprises se trouvent en difficulté en novembre 2016

52 entreprises employant 15617 salariés ont connu des difficultés économiques au mois de novembre 2016, contre 66 entreprises au cours du mois d’octobre 2016, soit une baisse de 21,2%, indique le rapport.

25 entreprises en difficulté employant 11390 salariés ont présenté des demandes aux commissions de contrôle des licenciements. Parmi ces entreprises, on compte 4 sociétés étrangères employant 9190 salariés et 14 entreprises employant 13049 salariés.

Les entreprises en question ont licencié 592 salariés dont 426 répondant aux critères de la retraite anticipée et ceci dans le cadre des commissions de contrôle des licenciements. Trois entreprises parmi les 25 employant 41 salariés ont fermé d’une manière définitive.

7 entreprises ont mis la clé sous la porte d’une manière subite

Par ailleurs, le rapport indique que 7 autres entreprises en difficulté ont fermé d’une manière subite sans respecter les mesures légales, entraînant ainsi la perte de 99 postes d’emploi. 6 autres entreprises ont mis au chômage technique leurs 111 salariés sans respecter les mesures légales pour 44 d’entre eux.

D’un autre côté, 2489 licenciés ont pu bénéficier d’aides sociales au titre de novembre 2016 d’une valeur de 5,4 millions de dinars, lit-on de même source.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.