Huffpost Maroc mg

Exclusif: Abdelilah Benkirane disposé à reprendre les négociations avec le RNI et le MP

Publication: Mis à jour:
BENKIRANE
Morocco's Prime Minister Abdelilah Benkirane addresses the World Islamic Economic Forum in London October 29, 2013. REUTERS/Luke MacGregor (BRITAIN - Tags: POLITICS BUSINESS RELIGION) | Luke MacGregor / Reuters
Imprimer

GOUVERNEMENT - Trois jours après avoir diffusé un communiqué où il annonce l'arrêt des négociations avec le Rassemblement national des indépendants (RNI) et le Mouvement populaire (MP), le chef du gouvernement Abdelilah Benkirane est disposé à reprendre les négociations avec les deux partis politiques.

Contacté par le HuffPost Maroc, le chef du gouvernement exprime sa position: "Je leur ai fait une proposition (celle de reconduire la majorité sortante, composée du PJD, du RNI, du MP et du PPS ndlr) à laquelle ils n'ont pas répondu directement, préférant me répondre à travers quatre partis politiques. Je refuse de leur parler selon cette logique".

Si le RNI et le MP souhaitent "répondre directement à ma question, que ce soit par la positive ou par la négative, qu'ils viennent vers moi. Je les accueillerai, je leur parlerai", nous explique Abdelilah Benkirane, pour qui les négociations ont dévié lorsque "la réponse est allée dans le sens des quatre partis politiques".

Dimanche 8 janvier, le chef du gouvernement Abdelilah Benkirane a émis un communiqué annonçant l'arrêt des négociations avec le Rassemblement national des indépendants et le Mouvement populaire.

"Etant donné que toute question mérite une réponse," entame le communiqué, et "étant donné que la question que j'ai adressé à Aziz Akhannouch, président du Rassemblement national des indépendants, le mercredi 4 janvier 2017 à propos de son désir de participer ou non au gouvernement à la tête duquel j'ai été nommé par Sa Majesté le roi le lundi 10 octobre 2016" n'a pas reçu de réponse, Aziz Akhannouch préférant, selon Abdelilah Benkirane,"répondre par le biais d'un communiqué élaboré avec d'autres partis politiques, y compris deux partis auxquels aucune proposition n'a été adressée", en l'occurrence l'Union constitutionnelle (UC) et l'Union socialiste des forces populaires (USFP), le chef du gouvernement en conclut qu'il est dans une situation où "il ne peut pas poursuivre les négociations avec (Aziz Akhannouch ndlr) au sujet la formation d'un gouvernement". "Il en est de même pour Mohand Laenser, secrétaire général du Mouvement populaire", conclut le communiqué.

LIRE AUSSI: Huit bourdes dont le Maroc se serait bien passé en 2016