Huffpost Tunisie mg

Mohamed Frikha pointé du doigt: Après Rached Ghannouchi, c'est lui qui réplique

Publication: Mis à jour:
FRIKHA
Marieau Palacio/Anadolu Agency/Getty Images
Imprimer

L’histoire a commencé avec la déclaration de l’avocat Imed Ben Halima qui a dévoilé, sur Al Hiwar Ettounssi, que plus de 150 vols charters sont partis de l’aéroport de Sfax, Syphax Airlines, à destination de l’aéroport Sabiha à Istanbul transportant à leur bord des terroristes tunisiens qui sont partis combattre en Irak et en Syrie.

Le lendemain, le président directeur-général de la compagnie, Mohamed Frikha, a démenti tous les faits accusant tous ceux qui tiennent de tels propos de vouloir freiner la relance économique de la société dont les activités ont été suspendues en juillet 2015 à cause de problèmes financiers. Selon le concerné, les vols évoqués par maître Ben Halima étaient exclusivement destinés aux touristes et aux hommes d’affaires.

La rectification de Mohamed Frikha n’avait pas eu l’effet espéré et son éventuelle implication dans le départ des terroristes tunisiens a continué à nourrir les débats médiatiques. Réagissant à cela, le chef du mouvement d’Ennahdha, Rached Ghannouchi, a lui-même publié un communiqué où il a annoncé que toute personne qui s’attaquera au député Frikha par des propos diffamatoires sera poursuivie, par Ennahdha, en justice.

Pour Ghannouchi, ceux qui mènent la campagne contre Frikha ne sont en fait que des concurrents politiques qui visent, à travers la même campagne, tout le mouvement d’Ennahdha qu’ils sont incapables de vaincre sans ce genre de manœuvres.

Intervenant, aujourd’hui, sur les ondes de Mosaïque FM, Mohamed Frikha a maintenu ses propos en assurant que Syphax Airlines n’a jamais été impliquée dans ladite affaire. Rappelant que la vérification des identités relève des prérogatives des forces de l’ordre et de la douane, l’ancien candidat à l’élection présidentielle a campé sur ses positions. Toutefois, et lorsque le journaliste lui a rappelé qu’il y a quelques temps de cela il a lui-même nié tout vol de sa compagnie aérienne vers la Turquie, Frikha s’est contenté de dire qu’il parlait, à l’époque, de vols partant de l’aéroport de Tunis-Carthage et non pas de celui de Sfax.

Renforçant ses propos par les chiffres, Frikha a déclaré que seulement 1% de ceux qui sont partis en Syrie à bord des avions de Syphax Airlines ne sont pas rentrés en Tunisie à bord des mêmes avions.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.