Huffpost Maroc mg

Des braqueurs chevronnés de 22 à 72 ans derrière le braquage de Kim Kardashian à Paris

Publication: Mis à jour:
KIM KARDASHIAN
FILE PHOTO: Kim Kardashian arrives at the 2016 MTV Video Music Awards in New York, U.S., August 28, 2016. REUTERS/Eduardo Munoz/File photo | Eduardo Munoz / Reuters
Imprimer

PEOPLE - 9 millions d'euros de bijoux disparus en une nuit. Entre le 2 et le 3 octobre, la vedette de télé-réalité Kim Kardashian a été braquée alors qu'elle séjournait à Paris pour la FashionWeek. Après plus de trois mois d'investigations, les enquêteurs ont mis au jour un vaste réseau de grand banditisme, incluant des protagonistes de 22 à 72 ans.

Lundi 9 janvier, la police judiciaire (PJ) de Paris a arrêté et placé en garde à vue dix-sept personnes sur tout le territoire.

En Seine-Saint-Denis, plusieurs personnes ont été interpellées, dont deux sexagénaires de 63 et 64 ans, une femme de 45 ans et un autre suspect de 27 ans, selon des informations de M6.

Dans le Val-de-Marne, un homme et une femme septuagénaires, un homme de 60 ans et ses deux fils, de 23 et 29 ans ont aussi été arrêtés. Un Parisien de 72 ans, déjà connu des forces de police pour braquage, a également été interpellé sur la Côte-d'Azur.

Enfin, quatre suspects ont également été arrêtés à Paris et en région parisienne, dont un couple de quadragénaires, et deux hommes de 27 et 40 ans. Un suspect de 54 ans a aussi été interpellé dans le Tarn-et-Garonne.

Selon une source policière qui a confirmé une information du Monde et de M6, le chauffeur de la star, employé d'un société de transport, fait également partie des gardés à vue. Il aurait ainsi pu indiquer que le garde du corps s'était absenté et renseigner ses acolytes sur les lieux, a précisé cette source.

Comme le souligne Le Monde, la moyenne d'âge des suspects présumés est particulièrement élevée. Une information "rassurante" pour Maître Jean Veil, avocat de Kim Kardashian. Interrogé à l'antenne de la radio françaiseRMC, l'avocat a ainsi souligné que "des jeunes auraient été plus violents".

Selon une information du Figaro, qui cite "une source proche du dossier", 300.000 euros en espèces auraient également été retrouvés lors des perquisitions menées lundi 9 janvier. L'origine de cet argent reste pour l'instant inconnu. Les bijoux volés, dont la valeur est estimée à 9 millions d'euros, sont eux toujours introuvables.

Des malfaiteurs chevronnés

Ce vol, qui avait fait la Une de tous les journaux, n'est pas l'oeuvre d'amateurs. Comme le précise une source policière à l'AFP "quasiment toutes (les personnes interpellées) sont connues pour grand banditisme."

C'est d'ailleurs ce qui a permis aux enquêteurs de lancer ce vaste coup de filet: des traces ADN retrouvées sur place ont "matché avec un individu connu des services de police pour des faits de braquage et des affaires de droit commun, et considéré comme un voyou de grande envergure", a indiqué une source policière à l'AFP.

Les enquêteurs de la Brigade de répression du banditisme (BRB) de Paris ont alors mis en place des surveillances et filatures qui ont permis de reconstituer l'important réseau. Parmi les personnes interpellés, les enquêteurs pensent avoir identifié les personnes qui ont agressé physiquement la vedette de "L'incroyable famille Kardashian", ainsi que les intermédiaires et receleurs qui sont intervenus par la suite, dépassant les frontières françaises.

En effet, deux personnes ont été identifiées par la police alors qu'elles se rendaient à Anvers en Belgique, plaque tournante du commerce de diamant mondial. Parmi les bijoux volés à la star de télé-réalité, figure justement une bague ornée d'un diamant d'une extrême rareté, estimée à 4 millions de dollars. Toutefois, aucune arrestation n'a pour l'instant au lieu en Belgique.

La femme de Kanye West a adressé ses "félicitations à la police française" et pourrait être entendue pour l'identification des suspects. "Il appartiendra au juge d'instruction de décider ce dont il a besoin pour mener son enquête. Il peut demander à Kim Kardashian de reconnaître les personnes qui l'ont agressée, soit il voudra que ce soit en personne, soit sur des photos. C'est une possibilité", a ainsi affirmé son avocat.

LIRE AUSSI: