Huffpost Maroc mg

Benkirane annonce la fin des négociations avec le RNI et le MP

Publication: Mis à jour:
AKHANNOUCH BENKIRANE
Imprimer

MAJORITÉ - Tout porte à croire que les négociations sont arrivées à l'impasse. Ce dimanche 8 janvier à 19H, le chef du gouvernement Abdelilah Benkirane a émis un communiqué annonçant la cessation des négociations avec le Rassemblement national des indépendants (RNI) et le Mouvement populaire (MP).

"Etant donné que toute question mérite une réponse," entame le communiqué, et "étant donné que la question que j'ai adressé à Aziz Akhannouch, président du Rassemblement national des indépendants, le mercredi 4 janvier 2017 à propos de son désir de participer ou non au gouvernement à la tête duquel j'ai été nommé par Sa Majesté le roi le lundi 10 octobre 2016" n'a pas reçu de réponse, Aziz Akhannouch préférant, selon Abdelilah Benkirane,"répondre par le biais d'un communiqué élaboré avec d'autres partis politiques, y compris deux partis auxquels aucune proposition n'a été adressée", en l'occurrence l'Union constitutionnelle (UC) et l'Union socialiste des forces populaires (USFP), le chef du gouvernement en conclut qu'il est dans une situation où "il ne peut pas poursuivre les négociations avec (Aziz Akhannouch ndlr) au sujet la formation d'un gouvernement". "Il en est de même pour Mohand Laenser, secrétaire général du Mouvement populaire", clôt le communiqué.

Vers la démission du chef du gouvernement?

Qu'adviendra-t-il alors des négociations? "Moi même, je n'ai pas de réponse à cette question pour l'instant", répond le chef du gouvernement, contacté par le HuffPost Maroc.

Cela signifie-t-il qu'il rendra les clés et annoncera sa démission? "Nous n'en sommes pas encore là", commente Nabil Benabdellah, secrétaire général du PPS, qui n'a pas souhaité commenter la décision du chef du gouvernement de mettre fin aux négociations avec le RNI et le MP. "J'essaie de trouver des solutions, de faire de la médiation", nous a-t-il déclaré.

Néanmoins, à moins que le roi n'intervienne pour rapprocher les positions des différents acteurs politiques, on voit mal quelle autre issue se pose au chef du gouvernement.

Lundi 9 janvier, un Conseil des ministres est, en principe, prévu à Marrakech. Des médias rapportent qu'il a été reporté au mardi 10 janvier. Il est à attendre que la question de la formation du gouvernement soit discutée à cette occasion.

Du côté du Parti de la justice et du développement (PJD), la décision du chef du gouvernement n'a pas encore fait l'objet de discussions approfondies, apprend le HuffPost Maroc auprès de Souleïman El Amrani, vice-secrétaire général et porte-parole du parti. Une réunion du secrétariat général du parti aura lieu pour discuter plus en détail de la décision du chef du gouvernement.

LIRE AUSSI: L'UC, cheval de bataille de Aziz Akhannouch