RNI, MP, UC et USFP appellent ensemble à une "majorité forte"

Publication: Mis à jour:
AKHANNOUCH LAENSER
MAP
Imprimer

MAJORITE - Dimanche 8 janvier, le Rassemblement national des indépendants (RNI), le Mouvement populaire (MP), l'Union constitutionnelle (UC) et l'Union socialiste des forces populaires (USFP) ont diffusé un communiqué dans lequel les quatre partis politiques renouvellent leur appel à Abdelilah Benkirane.

En réitérant leur "disponibilité à poursuivre les consultations avec le chef du gouvernement", les quatre partis politiques espèrent ainsi "parvenir à une coalition gouvernementale qui serve les intérêts supérieurs du pays, sur la base d'une majorité forte et cohérente", à laquelle ils souhaiteraient participer.

Le 4 janvier, le chef du gouvernement Abdelilah Benkirane a proposé la reconduction de la majorité sortante, composée du Parti de la justice et du développement (PJD), du Parti du progrès et du socialisme (PPS), du RNI et du MP. Dès le lendemain, l'Union constitutionnelle et l'Union socialiste des forces populaires ont exprimé leurs réticences, et ont refusé leur exclusion. Vendredi 6 janvier, le président du RNI Aziz Akhannouch a annoncé, par voie de communiqué, que "les développements récents des négociations pour la formation du gouvernement, suivis par les prises de position de différents partis politiques, nécessitent de rencontrer ces formations politiques pour se concerter."

Selon des sources au RNI, la décision de Aziz Akhannouch d'approfondir les négociations avec l'USFP et l'UC vise, en premier lieu, à obtenir un compromis favorable de la part du chef du gouvernement au sujet de la participation de l'Union constitutionnelle, qui s'est alliée au RNI au lendemain des élections législatives.

LIRE AUSSI: Les principales leçons du scrutin du 7 octobre