Cette technologie veut sauver la planète et vous aider à faire le ménage

Publication: Mis à jour:
CARBONE USINE
Reuters
Imprimer

ENVIRONNEMENT - Tous les moyens sont bons pour réduire l'émission de gaz à effet de serre, vu l'ampleur du réchauffement climatique. Deux jeunes chimistes indiens ont justement réussi à récupérer le CO2 produit par une usine et à le transformer en bicarbonate de soude, rapporte le Guardian.

La technique a été testée sur une chaudière à charbon industrielle. La société qui l'a mise en place espère pouvoir capturer 60.000 tonnes de CO2 par an. Si d'autres technologies permettent déjà de récupérer le carbone rejeté par les usines, celui-ci est souvent simplement stocké, et non réutilisé. De plus, le procédé n'est pas rentable, car la concentration de CO2 est trop faible dans ces rejets.

Les deux chimistes affirment avoir réussi à créer ce prototype sans aucune subvention. Comment? En utilisant un nouveau composé chimique. Celui-ci est un peu plus efficace que ceux utilisés par le passé, mais est surtout moins corrosif, consomme moins d'énergie et est moins coûteux à installer.

Un procédé mis en place pour "faire de l'argent"

Une fois le CO2 capturé, l'usine le transforme en bicarbonate de soude, utilisé massivement dans l'industrie et qui est également bien pratique pour faire le ménage. La société qui a mis au point ce procédé, Carbonclean, estime que cette technologie pourrait permettre de réduire les émissions de CO2 du charbon de 5 à 10% dans le monde.

Pas suffisant pour enrayer le réchauffement climatique, mais c'est déjà ça. D'ailleurs, la société souhaite équiper d'autres petites usines avec cet outil de capture de carbone, petit à petit, sans voir trop gros.

Le PDG de l'usine indienne, Ramachandran Gopalan, a carrément affirmé à BBC Radio 4 ne pas avoir tenté l'expérience pour "sauver la planète", mais simplement car c'était la manière la plus simple de produire en continu du bicarbonate de soude, selon le quotidien britannique.

LIRE AUSSI: Comment se vit l'adaptation au changement climatique chez les entreprises marocaines?