Pour Abdelmalek Sellal, les émeutes de Béjaïa ne représentent "aucun danger" pour la stabilité du pays

Publication: Mis à jour:
SELLAL
Photo d'archive | Thomas Koehler via Getty Images
Imprimer

Les émeutes qu'ont connues quelques régions du pays cette semaine, notamment Béjaïa, ne représentent aucun danger pour la sécurité et la stabilité du pays, a affirmé jeudi le Premier ministre Abdelmalek Sellal.

Ces violences étaient "limitées" et ont été "contenues", a indiqué M. Sellal lors d'une déclaration à la presse.

Depuis le 1er janvier, des émeutes ont éclaté à travers la wilaya de Béjaïa sur fond d'une grève des commerçants pour contester la hausse du taux de la TVA prévue dans la loi de finances 2017. Un bus incendié et plusieurs magasins et agences commerciales pillés sont quelques uns parmi les incidents enregistrés durant les deux premiers jours de la grève.

LIRE AUSSI: Violences et pillages à Béjaïa, incidents à Alger et des rumeurs en réseau

Le 3 janvier, les commerces de la ville ont rouvert et la tension a baissé d'un cran. Les forces de l'ordre ont entre temps arrêté plusieurs dizaines de suspects à Béjaïa et à Alger où des incidents de moindre ampleur ont également éclatés.

Des partis politiques et des formations de la société civile ont parallèlement émis des appels au calme et au rejet de la violence. des messages similaires ont également largement circulé sur les réseaux sociaux.

Même s'il considère que ces événements ne représentaient "aucun danger", le Premier ministre a quand-même estimé que le peuple algérien "s'est dressé" contre "les tentatives de plonger le pays dans le désordre".

Les violences de Béjaïa rappellent celles de janvier 2011 juste avant la vague des révoltes qui ont secoué la Tunisie, l'Egypte, la Libye et autres pays arabe. Pour le Premier ministre, les craintes d'une révolte généralisée et à grande échelle ne sont pas justifiées car "nous ne connaissons pas le printemps arabe, et il ne nous connait pas. Dans quelques jours, nous allons fêter Yennayer!".

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.