Emeutes de Béjaïa: Le ministère des Affaires religieuses ordonne aux imams de contrer "la fitna" ce vendredi

Publication: Mis à jour:
INSTRU
DR
Imprimer

Lors du prêche de la prière du vendredi 6 janvier, les imams des mosquées à travers l'Algérie devront parler de stabilité, de sécurité et de contrer les appels à la "fitna", la discorde en rapport avec les émeutes qui ont secoué quelques régions du pays, indique une instruction marquée "urgente" du ministère des Affaires religieuses envoyée à ses directions et datée du 4 janvier.

"...Pour immuniser notre pays l'Algérie contre ce qu'ont subi d'autres nations et pays, nous vous appelons à instruire les imams d'inclure les axes suivants dans le prêche du vendredi", lit-on dans le document en question.

La liste des points à évoquer inclue "la paix et la stabilité", le "devoir" de chaque citoyen de les sauvegarder et les "réalisations" accomplies par l'Algérie que d'autres lui envieraient.

Depuis le 1er janvier, des émeutes ont éclaté à travers la wilaya de Béjaïa sur fond d'une grève des commerçants pour contester la hausse du taux de la TVA prévue dans la loi de finances 2017. Un bus incendié et plusieurs magasins et agences commerciales pillés sont quelques uns parmi les incidents enregistrés durant les deux premiers jours de la grève.

L'instrumentalisation politique des mosquées en Algérie a longtemps été critiquée. A la fin des années 80 et avec la montée du Front Islamique du Salut (FIS), les médias et même le pouvoir politique ont dénoncé la manipulation du discours religieux.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.